Pollution urbaine : Londres installe des arbres artificiels pour nettoyer l'atmosphère
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pollution urbaine : Londres installe des arbres artificiels pour nettoyer l’atmosphère
Robin Ecoeur |  23/01/2020 11:33
Pollution urbaine : Londres installe des arbres artificiels pour nettoyer l'atmosphère

Brexit ou pas, Londres veut se redonner un peu d'air, pur si possible. Alors la capitale anglaise a décidé d'installer des arbres artificiels pour absorber la pollution atmosphérique.

Puisque la pollution de l’air est un réel problème, et que 7 millions de personnes meurent chaque année à force de respirer des particules fines, Londres réagit. À Waltham Forest au nord de la capitale, trois murs végétaux ont été installés de manière permanente. Deux structures sont à un arrêt de bus stratégique situé près de la route A12 et le troisième est placé à une intersection hautement fréquentée. Le choix de cet arrondissement est lui aussi stratégique : Waltham Forest avait déclaré l’urgence climatique en avril dernier.

Manger la pollution. Les « arbres » que Londres a plantés s’appellent « CityTree » et sont fabriqués par la société allemande Green City Solutions. Il s’agit en réalité de murs végétaux de 4 mètres de haut sur 3 mètres de large constitués de 1600 pots de mousse. Une mousse composée de bactéries capables d’attirer et d’absorber les particules de pollution. En résumé, l’herbe mange la pollution de l’air (les gaz à effet de serre) et agit comme 275 arbres. Les structures sont totalement indépendantes grâce à un système d’irrigation et plusieurs capteurs qui contrôlent la croissance des plantes. Le tout est alimenté à l’aide de panneaux solaires et de batteries internes. Prix de l’arbre ? 22 500 euros.

Mieux respirer. En 2018, la ville anglaise avait déjà réalisé un premier essai en plantant un CityTree près de la place Piccadilly Circus en plein cœur de Londres. Visiblement convaincue par son effet positif (selon la société chaque CityTree diminue la pollution de l’air de 30%, dans un rayon de 50 mètres), Londres installe trois autres arbres. Un bon début, même s’il en faudrait énormément plus pour que l’air ne soit plus un danger pour les habitants.

En 2016, trois CityTree avaient été installés à Paris, place de la Nation dans le 20e arrondissement. Il en faudrait également beaucoup plus : avec 49,56 µg/m3 de dioxyde d’azote rejeté par an, Paris ne respecte pas la limite légale fixée par l’Union européenne et se retrouve avant-dernière d’un classement réalisé en 2018 par Greenpeace sur 13 villes européennes. Mention peut mieux faire, donc.

CityTree Londres Pollution de l'air

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !