Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Le plus grand dirigeable du monde bientôt prêt à décoller

    Après un atterrissage raté en 2017, on croyait ce projet annulé. Tout faux : ses créateurs ont corrigé leurs erreurs et viennent d’obtenir l’agrément pour sa fabrication en série.

    Relever la tête. Le 24 août à Bedfordshire au Royaume-Uni, décollait un des projets les plus attendus. Le dirigeable Airlander 10 était présenté au monde entier après un crowdfunding miraculeux. Après une sortie en l’air, il avait atterri sur le nez, occasionnant des dégâts au cockpit. Mais les Anglais d’Hybrid Air Vehicles (HAV) ne sont pas du genre à abandonner.

    Ils ont ajouté des sortes d’airbags à l’appareil ainsi qu’un système d’assistance à l’atterrissage et ont remis leur engin sur la piste de décollage. Un an plus tard, HAV décrochait l’agrément de l’Agence européenne de la sécurité aérienne et viennent de recevoir le feu vert de l’autorité de l’aviation civile pour lancer la fabrication de l’Airlander. Selon son directeur, Stephen McGlennan, les premiers passagers pourraient s’envoler dans moins de cinq ans.

    [Les technos qui ont fait 2016] Airlander 10, le retour du dirigeable

    Le plus grand dirigeable. « Le prototype a rempli son rôle de premier aéronef hybride au monde fournissant les données dont nous avions besoin pour passer du prototype au modèle de production », explique McGlennan à la BBC. Car il ne s’agit pas d’un simple ballon, mais d’un appareil combinant les avantages d’un avion et d’un dirigeable. En beaucoup plus gros. L’Airlander 10 dépasse les 90 mètres de long pour 43 mètres de large. Sa propulsion est assurée par quatre moteurs V8 qui permettent une vitesse de croisière de 150 km/h environ (jusqu’à 80 nœuds). Au total, son volume est de 38 000 m³, rempli d’hélium (ne craignez plus les incidents de l’hydrogène d’antan) et pourrait accueillir une cinquantaine de passagers dans un cadre de confort inégalé.

    Repenser le transport. Ce projet majeur pour le transport présente plusieurs gros avantages : une consommation énergétique dix fois inférieure aux avions, un bruit minime comparé à ce que subissent les aéroports et l’absence de rejet de CO2 ; le tout dans des conditions de stabilité comparables à un bâtiment de bureaux. Économique et propre, ce transport peut en outre atterrir facilement partout sans grosses infrastructures. Une alternative aux trains manquants et aux avions énergivores pour nos déplacements inter-régionaux ? Réponse dans quelques années.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.