Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    La plus grande arche de Noé botanique au monde va ouvrir au Moyen-Orient

    Pour sauver la biodiversité, le pays d’Oman pourrait bien accueillir dans les années à venir le plus grand centre d’archivage végétal désertique avec notamment plusieurs centaines d’espèces en danger…

    Contrairement aux apparences, les déserts ne sont pas des zones mortes. Ces régions arides possèdent leur propre végétation qui est aujourd’hui menacée par le dérèglement climatique : les vagues de sécheresse font fuir la faune accentuant la disparition d’un certaine flore comme c’est le cas au Tchad.

    Pour que tout ce biotope ne soit pas perdu dans les années qui viennent, le sultanat d’Oman va construire un gigantesque centre botanique afin de préserver la biodiversité pour les générations futures et l’étude scientifique.

    Arche de Noé végétale. Ces « jardins suspendus » modernes devraient s’étendre sur près de 420 hectares. Ce gigantesque éco-parc sera installé à 35 kilomètres du port de Muscat, au pied de la chaîne des montagne Al Hajar. Un site fortement symbolique : il s’agit d’un ancien bassin maritime asséché depuis que l’activité tectonique l’a élevé à près de 100 mètres au-dessus du niveau de la mer.

    Le complexe se composera de deux bâtiments principaux qui accueilleront les collections végétales selon leur biome naturel en recréant les conditions climatiques de huit régions : le wadis (des canyons), le désert, les montagnes et la campagne.

    Au total, ce sont 1 200 fleurs et plantes du Moyen-Orient parmi lesquelles 76 qui n’existent qu’à Oman dont des aloès et des centaines d’espèces en voie de disparition.

    Silence, ça pousse. Le projet pourrait passer pour un énième effet d’annonce d’émir cherchant à se faire mousser face aux projets de Dubaï, mais Qabus ibn Saïd se montre très décidé. Il a donné ses consignes et sa validation au studio d’architectes Grimshaw, au studio de design Haley Sharpe pour la topologie du lieu, et confié à Arup Engineering les aspects techniques de la conservation d’autant d’espèces.

    Plus de 700 personnes planchent déjà sur le projet et ont déjà trouvé des solutions pour profiter de l’ensoleillement naturel et incorporer des ombrages pour limiter l’énergie des climatisations mais aussi des irrigations.

    Les jardins d’Oman seront ouverts au public et accueilleront scientifiques et formations afin de toucher le plus grand nombre. Respectueux jusqu’au bout des feuilles, le complexe récupérera l’intégralité de ses eaux usées, grâce à un système qui lui a valu une certification LEED Platinum, soit la plus grande distinction en ce domaine pour un bâtiment.

    Comme chez Détours, on aime que les plus riches s’investissent pour sauver notre planète, il ne nous reste qu’à regarder grandir l’édifice en espérant qu’il sera terminé à temps pour sauver les espèces qui disparaissent.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.