Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    En plus d’être stylées, les Parisiennes sont les premières entrepreneuses d’Europe

    Dans la série « Paris Etc », nouvelle création Canal Plus, Zabou Breitman brise le cliché « sage et jolie ». Fêtardes, spirituelles, vanneuses… Oui, c’est vrai. Mais ajoutons désormais « startupeuse » car, à Paris, les femmes sont au cœur du business de l’innovation.

    Working girls. En mars dernier, l’incubateur parisien Paris Pionnières et l’association StartHer.org livraient un baromètre 2017 des startups créées et/ou gérées par des femmes. Et quelques stats enthousiasmantes côtoyaient des conclusions pas toujours heureuses.

    Si par exemple les levées de fonds réalisées par des femmes avaient nettement augmenté en nombre (+29 % en 2016), elles ne rassemblaient que la moitié des capitaux acquis par les hommes. Voire moins : 126,6 millions d’euros au total pour les startupeuses, soit seulement 7% des levées totales. Pourtant, au milieu du tableau brillait un constat comme du gloss sur un sourire : les femmes prennent une place majeure au sein des startups de France et d’Europe.

    Avec 21% de femmes enregistrées comme entrepreneuses, Paris est la 9ème ville au monde en nombre de startupeuses, après New York et les pôles d’activité de la Silicon Valley.

    Une Parisienne sur quatre. Interrogée par Le Parisien, Marie Georges, la présidente de l’incubateur-accompagnateur d’entrepreneuses, clamait fièrement : « Paris est désormais la capitale européenne des startupeuses, devant Londres et Berlin. » Elle sait de quoi elle parle, puisque depuis le lancement de Paris Pionnières en 2005, 300 sociétés dirigées par des femmes se sont créées après être passées par leurs locaux du 2e arrondissement. Résultat : aujourd’hui en Île de France une femme sur quatre dirige sa propre boite.

    L’amalgame de l’autorité et du charme. Derrière chacune de ces startups qui ont la win, il y a des femmes. Par exemple soit Julia Bijaoui, pas encore trentenaire mais patronne de 200 employés dont 40 cuistots pour le livreur de repas frais Frichti. Ou Bénédicte de Raphélis Soissan fondatrice de Clustree (une société d’intelligence artificielle qui aide les RH à la prise décision) et qui a cumulé plusieurs carrière avant de se lancer, comme de nombreuses startupeuses made in France.

    Mais comment font elles ? Si vous demandez à Sylvie Fleury, CEO de la plateforme Hunteed, c’est la pugnacité qui fait d’elles des super-entrepreneuses et qui permet de prendre des risques. Eva Sadouin, de Lita, voit plutôt la justesse de leur jugement, indispensable pour estimer un besoin et obtenir exactement le budget nécessaire plutôt que de réclamer des sommes aberrantes. En bref : il n’y a pas de profil ni de recette de startupeuse, mais il y a une façon de faire chez les Parisiennes qui mêle l’empathie et la fermeté.

    Autant de qualités et de caractères que l’on retrouvera dans « Paris etc. », nouvelle série écrite (et dirigée) pour Canal Plus par Zabou Breitman où se croisent cinq Parisiennes, pas forcément entrepreneuses mais toutes maîtresses de leur vies. Diffusion sur Canal Plus à partir de lundi 27 novembre.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.