Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Plus de pilotes et moins de grèves ? Il suffit d’enlever les copilotes des avions

    Compagnies aériennes et constructeurs envisagent de réduire l’équipage de moitié et ce dès 2023. À la place, on se reposera sur des intelligences artificielles. Paré au décollage ?

    Y’a-t-il un pilote dans l’avion ? Pour le moment, il y en a même deux selon les normes internationales en vigueur : un commandant de bord et un officier pilote de ligne, appelé « copilote », qui peut même être doublé ou triplé sur les long-courriers en fonction de la durée du vol pour leur permettre de se relayer et dormir. Pourtant, d’ici cinq ans maximum, il pourrait n’y avoir qu’un seul pilote dans nos cockpits, les compagnies envisageant de faire descendre le copilote. Motif : les technologies de sécurité et surveillances seraient largement suffisantes.

    Seul.e, dans moins de dix ans. C’est exactement ce qu’affirmait le PDG de Thalès, équipementier aéronautique, en mai dernier. « Je n’ai pas de doute qu’on va y arriver, confiait Patrice Caine, avant de préciser que les grands avionneurs visent 2020-2023. » Moins de dix ans en tout cas. D’ailleurs, selon La Tribune, Airbus travaillerait déjà à la réduction du nombre de pilotes sur ses A350 en vols long-courriers effective pour 2023. Confiant en son matériel, Thalès se dit prêt.

    Pas d’inquiétude, nous rassure-t-on, en plus des technologies le pilote sera assisté tout du long de son vol d’un pilote au sol.

    PNC à vos portes… de sortie. À quoi bon vider un fauteuil à l’avant ? Tout simplement parce qu’avec l’essor des compagnies low cost, le nombre de vols s’est décuplé et qu’il n’y a pas assez de pilotes aujourd’hui. Ce qui joue dans les mouvements sociaux de ceux-ci, leur permettant de revendiquer leur spécificité comme on l’a constaté chez Air France, en grève depuis deux mois.

    Sur les radars, une autre destination se profile toutefois : des vols sans pilote, commandés à distance, voire des avions complètement autonomes. « Pourquoi pas ? », répond le fleuron de l’aéronautique, même si le public ne semble pas prêt. Vous pouvez détacher vos ceintures car selon Patrice Caine « passer à de l’intelligence artificielle certifiable, c’est probablement à plus long terme ». Cela vous laisse encore une décennie quoi…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.