Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Une université propose des cours d’apprentissage du bonheur

    Glandeurs ou épicuriens, 1200 étudiants de l’université de Yale ont choisi ce module zen et happy où l’on apprend à être heureux. Voilà qui en dit long sur les attentes de la vie de cette génération, non ?

    Plus belle la vie. Le module a ouvert pour la première fois le mois dernier, et il est déjà victime de son succès : 1200 universitaires de première et de deuxième années de Psychologie se sont inscrits au cours du Dr Laurie Santos. Un tel raz-de-marée a nécessité un amphi bien plus grand que d’habitude ; alors, précise le New York Times, les cours magistraux bi-hebdomadaires sont désormais donnés depuis le grand Woolsey Hall où l’on reçoit habituellement des concerts et des conférences. Et tout cela pour quoi ? Pour connaître et mener la « belle vie », sujet d’étude de la psychologue.

    Pas de grosse surprise côté programme, on y apprend quels sont les mécanismes du bonheur et les techniques scientifiquement reconnues pour agir sur son bien-être. Cela va de l’influence néfaste du stress à la vertu des pensées positives, de la nécessité de périodes de détox à celle des routines matinales… Autant d’attitudes et de gestes qui ont une influence bénéfique sur son propre épanouissement, mais aussi sur les autres.

    We all want to change the world. Car à écouter la docteur Laurie Santos, le cours a d’autres vertus que de mener au diplôme : « Puisqu’un étudiant sur quatre à Yale suit ce cours, si l’on constate que les étudiants prennent de bonnes habitudes – comme démontrer de la gratitude plus souvent, moins procrastiner, ou avoir plus d’interactions sociales – alors on modifie la culture même de l’école. »

    Ce n’est pas une surprise ; c’est même ce que défend la théorie de la « psychologie positive » depuis près de 20 ans (seulement la moitié en France) avec son principe des niveaux : les processus qui contribuent à l’épanouissement permettent, selon ses pères, un développement personnel, holistique et institutionnel. En d’autres termes, en partageant son bonheur, non seulement on ne le divise pas, mais au contraire on en fait profiter les autres.

    Clap along if you feel like happiness is the truth. Si l’on veut se libérer de l’angoisse, réapprendre l’optimisme et voir la vie avec enthousiasme, nul besoin de postuler à la prestigieuse université, on trouve des cours de développement personnel un peu partout, des librairies aux mooks en passant par les plateformes de coaching. Les facs françaises s’y sont même mises, comme le diplôme d’université de Psychologie Positive de Grenoble-Alpes, par exemple, ou l’Université du Bonheur au Travail parrainé par le psychiatre et maître de méditation, Christophe André.

    Autant de preuves que ce sujet rassemble bien au-delà des jeunes Américains. Ceci laisse de beaux espoirs sur le monde à venir et explique un peu aussi le succès du titre Happy auprès de cette génération…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.