Père et fils, ils montent la première expédition vers le Pôle Sud sans énergie fossile
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Père et fils, ils montent la première expédition vers le Pôle Sud sans énergie fossile
Joseph de Carme |  08.11.2017
Père et fils, ils montent la première expédition vers le Pôle Sud sans énergie fossile

Dans les années 1980, Robert Swan a le premier atteint les deux pôles en marchant. Cette fois, avec son fils Barney, ils partent à la conquête du Pôle Sud en n’utilisant que des énergies renouvelables.

Atteindre des sommets. A 61 ans, Robert Swan est une légende pour les aventuriers de l’extrême. Cette année, cet Anglais s’embarque dans sa dernière grande épopée et, en guise de symbole, il a donc décidé de transmettre le flambeau à Barney, son fils de 23 ans, qui mènera l’expédition. Toutefois, il n’est pas question ici que de beaux sentiments et d’efforts inhumains. Ce qui motive Robert, c’est d’abord de secouer les consciences.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, personne n’est jamais parvenu à conquérir le sixième continent en étant uniquement alimenté par des énergies renouvelables. Si les Anglais se déplaceront à skis pour parcourir les quelque 965 kilomètres pendant huit semaines, Robert et Barney Swan s’en remettront à l’énergie produite par des panneaux solaires, des éoliennes ou à l’utilisation de biocarburants pour recharger leurs instruments de mesure (GPS, thermomètre, station météo, téléphone satellite…) et cuisiner, par exemple.

« Notre aventure est un petit exemple de notre capacité à tous de faire des choix qui aillent dans le sens d’une transition vers un futur d’énergies propres. »

Se dépasser sans dépenser. Les Swan veulent prouver que s’il est possible de fonctionner de la sorte dans l’endroit le plus hostile de la planète, il n’y a aucune raison que ce ne soit pas possible ailleurs. Robert y va sans ambages quand il est interrogé à ce propos par ses compatriotes du Evening Standard : « Ma génération en a trop vu, trop entendu. Nous sommes tous fatigués de cette vérité qui fait mal, alors avec cette expédition, il est question de solutions qui font du bien, qui proposent des réponses concrètes aux changements climatiques ! »

Preuve de l’importance de leur mission de sensibilisation, Robert et Barney se font prêter du matériel par la NASA pour transformer la neige en eau potable (une machine qui fonctionne à l’énergie solaire), fournir des biocarburants avancés par Shell qui serviront à cuisiner et ils seront équipés par des vêtements techniques du fleuron de développement durable qu’est Patagonia.

Agir. Fondateur de 2041, une structure dédiée à la préservation de l’Antarctique, Robert Swan souligne enfin qu’on n’est pas obligé de passer huit semaines à risquer de perdre ses orteils pour changer les choses : « Si vous vous demandez ce que vous pouvez faire à votre niveau, à la maison, sachez que ça commence par des petites choses comme se nourrir avec des produits issus du développement durable, utiliser moins de plastique ou utiliser des batteries solaires pour charger votre portable ! »

Départ prévu le 15 novembre. Ceux qui n’ont pas froid aux yeux peuvent suivre l’exploit par là : 2041.com

Antarctique Exploration portrait

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire