Les passages piétons lumineux débarqueront-ils un jour à Paris ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Les passages piétons lumineux débarqueront-ils un jour à Paris ?
Hilaire Picault |  31.10.2018
Les passages piétons lumineux débarqueront-ils un jour à Paris ?

Dans le monde entier, on équipe les passages piétons de systèmes d'éclairage intelligents pour protéger les marcheurs. Partout ? Non, la capitale gauloise résiste encore et toujours…

Il y a deux ans, les accidents impliquant des piétons représentaient 15% de la mortalité sur les routes. Une situation d’autant plus affligeante qu’elle concerne en priorité les personnes les plus vulnérables, jeunes se rendant à l’école et personnes âgées dépourvues de véhicules. C’est encore pire l’hiver où la lumière du soleil décroît.

Pour contrer ce fléau, les villes du monde entier s’équipent. À Fuengirola, en Andalousie, la ville a installé une dizaine de passages piétons du futur qui intègrent des détecteurs de mouvement. Lorsqu’on s’approche de la chaussée, ils déclenchent l’allumage de bandes de LED, remplaçant les traditionnelles bandes blanches. En Chine, à Hangzhou, des blocs de lumière directement plantés dans la chaussée s’allument à la nuit tombée. Les automobilistes repèrent les marcheurs de plus loin et les carrefours sont bien mieux respectés.

La France n’est pourtant pas en retard sur ces questions. Au Havre on travaille sur un passage piéton lumineux et sonore qui pense aussi aux daltoniens.
Près de Bourges comme à Sartrouville, on a équipé des passages piétons du système Citeos, soit 8 plots d’un mètre de haut à LED bleutées. Leur lumière est projetée au sol sur des bandes qui sont visibles à plus de 50 mètres par les automobilistes. Comme la couleur rappelle celle de la police, on est d’autant plus incité à lever le pied.

Alors pourquoi pas à Paris ? Les questions de sécurité titillent pourtant bien la capitale qui a décidé que les piétons étaient une priorité. Depuis septembre dernier, franchir les grosses lignes blanches quand un piéton a posé le pied dessus coûte 6 points. Les mauvaises langues diront qu’on préfère la répression à la prévention mais ce n’est pas forcément vrai.

Cinq croisements testent des « passages piétons en 3D » qui seraient plus efficaces sur des courtes distances. Pas de longue nationale ici, ni problématique d’anticipation, mais des traversées soudaines où le choc de l’effet d’optique fonctionne mieux dans ce cas. En tous cas, si c’est vérifié, ce système s’étendra dans tous les arrondissements.

Passage piéton Sécurité routière

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire