Partout en France, les rails abandonnés de la SNCF deviennent des pistes cyclables
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Partout en France, les rails abandonnés de la SNCF deviennent des pistes cyclables
Hilaire Picault |  01/04/2021 10:27
Partout en France, les rails abandonnés de la SNCF deviennent des pistes cyclables

Il n'y a pas qu’en ville que les pistes cyclables se multiplient. Mais à la campagne, au lieu de rogner les trottoirs ou d’occuper une voie, on récupère les vieux chemins de fer.

Comme un signe des temps. Du Nord à l’Occitanie, les rails vestiges de la révolution industrielle sont remplacés par des voies vertes pour que circulent les – très respectueux de l’environnement – cyclistes. Après quelques travaux légers, ces pistes font le bonheur des cyclotouristes et permettent de rejoindre des villes pivots sans passer par les grandes départementales. Les exemples en France ne manquent pas. Dans le Tarn, le bien nommé « sentier du train » qui reliait il y a encore une dizaine d’année Castre à Puygouzon (à une demi-douzaine de kilomètres du centre d’Albi) a été remis en état et, hop ! Voilà 41 kilomètres de piste renommée « chemin des droits de l’homme ».

Au cœur du Haut-Languedoc, on trouve ainsi la « PassaPaïs », une voie verte de 75 kilomètres qui va de Bédarieux (Hérault) à Mazamet (Tarn) par le col de la Fenille. Idem en Corrèze sur l’ancienne ligne Bort-Mauriac où la remise en état de l’ex-voie ferrée est désormais cyclable sur 12 kilomètres. Les rails qui courraient entre Merlines et Montluçon aussi sont dans la ligne de mire : la communauté d’agglomération de Haute Corrèze envisage de les faire sauter pour ouvrir un nouveau parcours vert.

Les Hauts-de-France ont acclamé l’inauguration en 1872 de la ligne joignant Arras et Gamaches, mais elle est délaissée depuis 50 ans. Alors on a ôté les traverses et ouvert 22 kilomètres de voie verte allant jusque dans la Somme.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Blog Voyage Famille (@labougeotte)

Les mobilités douces vont bon train. L’avantage est que le chemin est déjà balisé, voire stabilisé. Les tunnels font gagner du temps et compte tenu de leur ancien usage, ces voies sont larges et évitent les trop grands dénivelés. Les anciennes maisons de garde-barrière deviennent des abris cyclistes et parfois, certains équipements d’antan ont été conservés pour offrir un coup de pouce aux nouveaux usagers : cartes, fontaine pour lavage, et même quelques points de réparation ou de gonflage… Eh oui, c’est aussi ça, le monde d’après.

Mobilité douce train Voie cyclable

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !