Partout en France, des drive reconvertis en centres de dépistage du coronavirus
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Partout en France, des drive reconvertis en centres de dépistage du coronavirus
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  6 jours
Partout en France, des drive reconvertis en centres de dépistage du coronavirus

Partout en France, les laboratoires ouvrent des drive-in pour gagner un temps précieux et limiter les contacts.

La semaine dernière, dans une ZAC de l’Essonne, des voitures faisaient la queue sur un parking devant un abri de type barnum. Interdit de sortir. À leur arrivée, un laborantin en blouse blanche, masque et lunettes de protection les accueille en faisant baisser la vitre et procède à un test de dépistage du coronavirus.

Le mode d’emploi est on ne peut plus simple, le dépistage est fait via un simple prélèvement nasal. On glisse une sorte de coton-tige dans une narine, on frotte et on range le prélèvement dans un tube protecteur. Après étude par les biologistes, les résultats seront envoyés par e-mail pour éviter tout contact. Au besoin, une prise de sang pourra être effectuée.

Pour éviter que défilent tous les habitants de l’Essonne, le dépistage se fait sur rendez-vous et sur présentation d’une ordonnance. Une priorité est aussi donnée au personnel soignant. « Le but, c’est que ce soit bien fait, en un minimum de temps », explique Alexandre Leriche, directeur du laboratoire Cerballiance. Ce laboratoire de biologie médicale veut avant tout « que les gens n’entrent pas dans le laboratoire » où ils se contamineraient en faisant la queue.

Rapide et sans contact, ces drive vont désengorger les hôpitaux et protéger les infirmiers.

Une idée déjà imitée dans plusieurs villes de France, à Nancy et Montpellier, dans l’Alsace et la région parisienne. Selon la validation de l’Agence Régionale de Santé, le patient doit parfois faire le prélèvement lui-même. Cerballiance compte ouvrir cette semaine trois autres drive-in en Normandie. Mais cela va dépendre d’un seul point à régler : y’aura-t-il assez de masques pour protéger ses biologistes…

biologie coronavirus Drive medecine

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire