Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Paris invente les poubelles qui ne débordent jamais

    Elles peuvent contenir cinq fois plus de déchets qu’une poubelle traditionnelle, elles fonctionnent à l’énergie solaire et, à priori, elles ne débordent pas. Pour le coup, merci Anne Hidalgo.

    Paris, ville poubelle. Avec près de 20 000 habitants au mètre carré, la ville lumière a du plomb dans l’aile. Sacs plastiques à même le trottoir, mégots de cigarette à peu près partout et autres cochonneries font de l’une des villes d’Europe les plus denses, l’une des plus sales. Afin de lui rendre un peu de sa superbe et éviter que les touristes (japonais, notamment, obsédés par la propreté) ne se tournent vers d’autres capitales, la Mairie de Paris teste actuellement différentes solutions pour assainir l’espace urbain. Notamment trois prototypes de poubelles, il faut bien le dire, révolutionnaires.

    Poubelles à la corbeille. Dans le cadre de l’opération « Paris plus propre », les élus ont donc bossé le gros dossier du nettoyage des espaces publics qui, lui aussi, débordent. Verdict : une expérimentation grandeur nature menée depuis février dernier avec trois types de poubelles révolutionnaires et compactantes : la « Solar Smart Bin » de l’entreprise Augias, la « Big Belly » d’Urban Future et la Clean Cube de Citec Environnement.

    Au total, 42 modèles sont actuellement installés près des grands magasins, de la gare du Nord (légendaire pour sa saleté) et de la place de la République. Leur atout principal : elles fonctionnent à l’énergie solaire, ce qui leur permet d’écraser jusqu’à 600 litres de déchets dès que les poubelles sont pleines. En clair, le même principe qu’en déchetterie. Mais sans la fumée ni, pardon, le bruit ou l’odeur.

    Résultat de recherche d'images pour "paris poubelle big belly"

    Mieux que les motocrottes de Chirac. Les plus vieux se souviennent peut-être encore de l’opération « mains propres » de Jacques Chirac, du temps où il était maire de Paris. Son ambition était alors de nettoyer les caniveaux parisiens, pollués par les déjections canines. Trente ans plus tard, même combat, mais en plus concret, avec Anne Hidalgo qui souhaite ainsi réduire les émissions de CO2 liées aux ramasses des poubelles, mais aussi rendre la ville plus belle, tout simplement. « Il y a un problème global sur Paris avec la question de l’entretien de l’espace », expliquait récemment Virginie Milliot, anthropologue, à 20 minutes. Voilà peut-être donc une solution à moyen terme, puisque si les tests sont concluants, la Mairie souhaiterait retenir l’une des trois entreprises afin de lui confier le marché de manière durable. Espérons que cette fois, ça le soit.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.