Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Ces panneaux solaires fonctionnent quand il pleut

    La pluie, ce n’est pas que de l’eau, ce sont des gouttes qui tombent. Des Chinois ont donc inventé un panneau qui fonctionne aussi quand la pluie le percute.

    Happy when it rains. Bon point : l’énergie photovoltaïque est renouvelable et inépuisable. Mauvais point : elle dépend de la météo. Double bad news : si les panneaux solaires sont de plus en plus accessibles et rentables, on ne sait toujours pas stocker l’électricité produite… Du côté de Suzhou, en Chine, des chercheurs en sont venus à cette évidence : il faut produire plus souvent pour augmenter le rendement. Comme on ne fera pas lever le soleil la nuit, nos panneaux doivent continuer de générer les jours de pluie.

    Électricité statique. L’équipe de chercheurs chinois a exploité une propriété bien connue de tous : l’électricité statique. Celle qui fait qu’en frottant un ballon gonflable il vous colle à la main, ou que des vêtements qui se touchent créent des étincelles. En rajoutant un revêtement transparent sur les panneaux solaires qui puissent réagir avec les gouttes on créerait la même décharge.

    « Notre installation génère de l’électricité de jour par tous les temps. De plus, il en produit même la nuit s’il pleut. »

    À l’image de la composition d’un bon vieux DVD, ils ont recouvert la surface photovoltaïque de deux couches de polymère transparent, couplé à un nanogénérateur « triboélectrique ». Résultat : la couche extérieure est percutée et frottée par la goutte qui s’écoule, libérant l’électricité statique entre les deux couches.

    Pétard mouillé. « Notre installation génère de l’électricité de jour par tous les temps. De plus, il en produit même la nuit s’il pleut », conclut Baoquan Sun, de l’université de Soochow. Seul défaut : l’énergie ainsi libérée est très faible. Quelques centaines de microvolts, ce qui est inférieur à nos piles. Des prédécesseurs (chinois également) avaient déjà réussi eux à exploiter le sel de la pluie pour créer une réaction chimique en utilisant du graphène plutôt que du polymère. Il y a donc espoir de combiner un jour les deux méthodes. En tous cas c’est une grande nouvelle pour l’Angleterre, les Pays-Bas ou notre Bretagne, ces régions où il pleut plus de 40% de l’année…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.