Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    OuiHop, le covoiturage instantané pour les trajets du quotidien

    Si une voiture va dans la même direction que vous, même pour 500 mètres, cette appli vous le dit et vous n’avez plus qu’à monter à bord.

    Allez chercher le pain en auto-stop. Pas de rendez-vous sur un parking ni d’échange de mails pour la réservation, ici tout se fait en temps réel : OuiHop joue le rôle de GPS dans la voiture et quand un utilisateur de l’appli croise la route de la voiture, l’appli lui propose de profiter du trajet.

    C’est donc la fin des courses à pied, de l’attente du bus qui ne passe que deux fois par heure, des marches le long des routes nationales, ou du pénible « dernier kilomètre ». En échange de cette liberté de sauter dans la première voiture venue, l’abonnement à l’appli est de 1,99 euros par mois.

    L’avantage des deux côtés : prendre un « Hopper » ne coûte rien. N’attendez pas non plus qu’il participe aux frais comme dans un covoiturage classique. Pourtant, le chauffeur sera bien rémunéré et ce, même à vide, à condition de laisser l’appli activée. OuiHop lui versera des crédits qui peuvent être dépensés chez des partenaires comme des lavages auto ou certains parkings.

    Rentabiliser des voitures dont le moteur tourne déjà et pousser à l’entraide plus qu’au profit, c’est une autre idée de la mobilité urbaine.

    Un réseau de transport singulier. Lancée il y a trois ans, la startup a bien grandi. Son fondateur Franck Rougeau a eu l’idée en se retrouvant à pied au milieu de dizaines de voitures allant sans doute toutes au même endroit que lui, à seulement deux kilomètres de là… « Il faut le voir comme une ligne de mini-bus de 3 places, expliquait-il à France Inter. Si vous avez des lignes partout, à tout moment, vous avez un réseau de transport inégalé. » Aujourd’hui l’appli convertit des voitures en micro-bus dans toute l’Île-de-France, à Bordeaux, Lyon et Nantes mais aussi à Montréal. C’est à la fois une bonne solution pour les marcheurs qui peinent – personnes âgées ou lourdement chargées – et ceux qui se perdent facilement.

    Demain, son avenir se trouve sans doute dans l’intermodalité, en se substituant aux transports manquant. Ainsi, la RATP remboursait le service aux personnes ayant un pass Navigo lorsqu’elle a dû faire des travaux sur le RER A. Preuve que le bus de demain, c’est un peu vous et nous.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.