Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Maison passive : facade (c) Michler

    Oui, on peut construire soi-même sa maison passive

    Cliché pour cliché, le Colorado est le pays des hivers rigoureux. Ça n’a pas empêché un journaliste américain d’y installer sa maison passive en pleine montagne. Verdict : 20°C sans chauffage même les jours de neige. Pourquoi pas vous ?

    La maison propre qui ne consomme presque rien en chauffage et qui réduit l’impact climatique, c’est comme la pizza déshydratée qui gonfle au micro-ondes : un rêve. Andrew Michler, journaliste du Colorado spécialisé dans la construction éco-responsable, s’est pourtant lancé il y a un an. Aujourd’hui, la sienne a reçu une labellisation Maison passive. Perso, il la trouve « plus que confortable ». On regarde de plus près ?

    Cool’orado. OK, Michler n’est pas un novice. N’empêche qu’il a pris sa décision tardivement, en regardant les maisons du cabinet de design Needbased au… Mexique ! En réalisant l’importance de conjuguer l’ensoleillement et un meilleur contrôle de la température intérieure, il a donc conçu sa propre maison hermétique avec des murs épais, des fenêtres triple-vitrages (les deux combinés créent des espaces super cosy pour s’asseoir au soleil) et un système de ventilation sophistiqué pour que l’air circule.

    (c) Michler

    Ce qui frappe d’emblée, c’est l’absence totale de vitrage côté nord, compensée par au moins 20% de surface vitrée plein sud. Ce design solaire passif garantit entre 20 à 25°C de chauffage naturel (et gratuit !). En pleine vague de froid, Andrew Michler a constaté une chute à 16°C à l’intérieur quand dehors, il faisait un bon -10°C !

    La clef d’une maison passive : l’isolation, de bons matériaux et un aménagement spacieux

    Passif mais pas inutile. Avis aux bricoleurs, une bonne maison passive combine trois bonnes pratiques : maximiser l’isolation pour limiter les pertes d’air, que ce dernier soit chaud ou froid. Sélectionner des matériaux sains pour préserver la qualité de l’air intérieur, comme la ouate, la laine de roche ou la paille en isolation, le bois pour les murs plutôt que le béton et des huiles naturelles plutôt que des peintures. Enfin, privilégier un aménagement spacieux qui garantisse un contrôle des échanges d’air. En clair : on utilise le moins d’énergie possible (vous vous en doutiez non?) et on canalise et réutilise la chaleur dégagée par les appareils et… par vous. Trop chaud maintenant ? Vous pouvez toujours ouvrir la fenêtre.

    Plein de conseils construction et labellisation sur lamaisonpassive.fr

    (c) Michler

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.