Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Bye bye le Bitcoin, Paris va lancer sa propre monnaie locale au printemps

    Une association semble prête à distribuer une nouvelle monnaie pour régler ses courses et services de proximité dès le printemps. La ville de Paris se prononcera cet été sur sa propre implication.

    (re)Garder la monnaie. L’annonce semble un peu prématurée puisque les autorités locales ne se sont pas engagées personnellement, pourtant l’association Une monnaie pour Paris (MoPPa) est certaine d’avoir fait un pas en avant. Car la ville de Paris s’est montrée intéressée par l’expérience de cette monnaie locale convertible en euros et qui sert à régler l’achat de biens (pain, journal, pharmacie, kebab) ou de services de proximité (coiffeur, médecin, plombier). Ce n’est d’ailleurs pas vendre la peau l’ours que de crier victoire, car d’une certaine façon une monnaie locale parisienne existe déjà autour de Montreuil depuis 2014 : elle s’appelle la « Pêche ».

    5 arrondissements auront la Pêche. À ce jour près de 80 entreprises partenaires l’acceptent en règlement. Avec 800 adhérents qui, ensemble, ont déjà converti 180 000 euros en Pêches, l’association apparaît fort respectable. Elle a déjà fait imprimer ses devises infalsifiables, prépare une version électronique, et assure déjà l’échange dans ses comptoirs, au taux fixe et facile à mémoriser d’un euro pour une Pêche. Invariablement, afin de lutter contre la spéculation et assurer un même niveau de vie à tous.

    Et comme vient de l’annoncer l’association, aux premiers jours d’Avril, on pourra l’utiliser dans cinq arrondissements de l’Est de la capitale : les Xe, XIe et XIIe ainsi que le XIXe et XXe. Pour ce nouveau déploiement, l’association lancera une campagne de financement participatif afin de lever les 135 000 euros nécessaires pour battre la nouvelle monnaie.

    1 Euro = 1 Pêche

    De l’argent pour vivre. Des monnaies citoyennes, il y en a déjà plusieurs dizaines en France : L’Héol à Brest, le Sol-Violette à Toulouse, et toute la Normandie pourra bientôt payer en Vikings. Ces devises assurent un lien social fort, boostent l’économie et encouragent la consommation locale puisqu’il n’y a aucun intérêt à les épargner. En effet elles reposent toutes sur le fondement d’une séparation nette des systèmes bancaires, afin de couper court à la spéculation, l’inflation et l’évasion fiscale.

    Pêche miraculeuse. N’y voyez pas une monnaie de singe : les commerçants partenaires se sont engagés à signer une charte d’utilisation longue de 17 points. C’est pour cela que le projet de monnaie locale parisienne passera d’abord provisoirement par la Pêche, au moins pendant un an, jusqu’à ce qu’une monnaie encadrée par la ville de Paris voit le jour – sous le nom envisagé de « Seine ».

    Et après la Seine ? Lucas Rochette-Berlon, président de la MoPPa décrivait au Parisien son idée de « créer une fédération de monnaies locales à Paris et dans la petite couronne ». Le tout sans perdre les avantages de la zone Euro ni dévaluer sa monnaie. De l’argent content, en somme.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.