Des os cultivés en laboratoire, greffés pour la première fois
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Des os cultivés en laboratoire, greffés pour la première fois
DETOURS |  20.12.2016
Des os cultivés en laboratoire, greffés pour la première fois

Sachez-le, votre graisse a le pouvoir de cultiver des os : une liposuccion peut réparer votre mâchoire !

Faire pousser des os comme on fait pousser des plantes vertes ? On n’en est pas encore là mais des chercheurs israéliens de la firme Bonus Biogroup ont franchi la première étape de cette révolution médicale. Ils sont parvenus à “cultiver” des os en laboratoire et à les transplanter avec succès dans la mâchoire blessée de 11 patients !

detours-os-eleves
Crédit photo : REUTERS/Baz Ratner

Plus précisément, ils ont injecté des os semi-liquides, des tissus osseux si vous préférez. Ce n’est pas très ragoutant mais les résultats pourraient changer la vie de beaucoup de patients. Alors, on met de côté sa sensibilité et on admire les miracles de la Science avec un grand S. Les os ont été cultivés grâce à des cellules graisseuses prélevées sur chaque patient. Oui, vous avez bien lu : une liposuccion peut réparer votre mâchoire !

Une fois injectés, les tissus osseux ont alors durci pour combler les vides des mâchoires endommagées en fusionnant avec les os existant.

“Parce que l’os a été créé à partir des cellules du patient, il n’y a pas de rejet. C’est une identité biunivoque entre le nouvel os et le système immunitaire du patient”, a détaillé Shai Meretzki, directeur du laboratoire lors d’un discours prononcé à la Bourse de Tel-Aviv et rapporté par Reuters.

Crédit photo : Bonus Biogroup
Crédit photo : Bonus Biogroup

Et ça change quoi ? Tout ! Car jusque là, les greffes impliquaient de prélever des graisses osseuses : une opération délicate, extrêmement douloureuse pour le patient et coûteuse avec ça. De plus, cela nécessitait une opération chirurgicale. Avec cette nouvelle méthode, une petite injection et le tour est joué.

Prochaine étape pour la société israélienne : s’attaquer à des os plus grands.

Qui sait ? Peut-être qu’un jour, on pourra soigner une fracture du tibia avec une simple piqûre.

 

futur innovation medecine Santé science

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire