Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Ils ont inventé le jardin connecté pour tous

    Pour que jardinage ne rime plus avec chronophage, une startup française a développé un jardin potager surélevé et connecté à l’arrosage contrôlé. Un pas vers l’autosuffisance alimentaire…

    Le jardin de Biopratic fait 1m² pour 35 cm de profondeur, mais surtout il combine deux atouts qui en font bien plus qu’un bac de culture : surélevé à 90 cm du sol, il répond à un besoin d’accessibilité et de confort physique ; connecté, il facilite l’entretien du jardin en puisant (sur commande depuis votre smartphone) dans une réserve interne au bac. Idéal pour les personnes actives et nomades. Autrement dit, c’est un jardin cultivable pour tous !

    Ce projet est né de deux indépendants aimant le jardinage voulant aider ceux qui en sont exclus pour diverses raisons : personnes âgées, personnes souffrant de mal de dos, citadins n’ayant pas ou peu d’espace naturels, actifs en manque de temps pour s’occuper du jardin… Nous avons demandé à son fondateur, Fabrice Ferrari, de nous raconter comment a germé cette idée.

    Quels passionnés de la nature se cachent derrière la startup Biopratic ?

    Notre jeune société a été créée fin 2015 par Alain Berthet et moi-même. L’année 2016 a été consacrée à mettre au point le prototype existant, à faire une étude de marché, un site internet, mettre au point des kits d’arrosage autonome et à trouver des financements. Notre idée s’adresse aux professionnels et aux particuliers des grandes métropoles qui n’ont que peu d’espace ou de temps à consacrer au jardin et qui souhaiteraient s’alimenter sainement.

    À une époque où chacun cherche à mieux se nourrir, pensez-vous que Biopratic offre une base d’autosuffisance saine ?

    Oui, nous sommes convaincus qu’une famille ayant dix jardins d’1 m² surélevés pourrait, avec une pyramide de protection faisant serre et des kits d’arrosage autonome, se nourrir sainement toute l’année avec quelques notions de jardinage et une optimisation des plantations.

    « Nous pensons que dans 20 ou 30 ans, les jardins surélevés permettront de cultiver des légumes pratiquement toute l’année ! »

    Pourquoi avoir opté pour du plastique plutôt qu’un matériau naturel, comme du bois ou une terre cuite ?

    La réponse est toute simple : le bois non traité (puisque nous souhaitons être le moins polluant possible) ne résiste pas aux intempéries et a une durée de vie de 2 à 3 ans. Le métal est un matériau conducteur d’électricité, donc inadapté à nos pompes automatiques. La terre cuite serait un matériau trop lourd pour nos jardins qu’on peut déménager. Notre choix est donc léger, imperméable et durable !

    Allez-vous augmenter les fonctionnalités de ce jardin à l’avenir ou étendre votre gamme ?

    Voués à l’innovation, nous sommes déjà en réflexion sur de nouveaux jardins à d’autres tailles, sur des sujets comme l’aquaponie et l’hydroponie et sur d’autres produits liés à la nature qui ne soient pas des gadgets mais bien dédiés à améliorer le bien-être de tous.

    biopratic.fr

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.