On vous présente Xavier, le robot-flic qui colle des PV aux piétons trop rebelles
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
On vous présente Xavier, le robot-flic qui colle des PV aux piétons trop rebelles
Robin Ecoeur |  13/10/2021 14:15
On vous présente Xavier, le robot-flic qui colle des PV aux piétons trop rebelles

À Singapour, un robot sillonne les rues de la cité-État pour réprimander les citoyens qui fumeraient dans les lieux non-autorisés ou ceux qui ne respecteraient pas les distanciations sociales.

Les nouvelles technologies sont-elles là pour nous faciliter le quotidien ou sont-elles une entrave à nos libertés ? Nous ne répondrons pas ici à cette question complexe. Mais les robots récemment déployés à Singapour donnent du poids à l’option numéro deux.

Au sein de la cité-État, déjà bien garnie en termes d’outils de sécurité et de surveillance (caméras, reconnaissance faciale, etc.), des androïdes autonomes prénommés Xavier et équipés de sept caméras arpentent les rues depuis septembre 2021 pour surveiller les habitants. Par exemple si vous êtes mal garé, si votre vélo gêne, si vous jetez un papier par terre, si vous tirez sur une cigarette dans un lieu où cette pratique est interdite ou si vous vous regroupez à plus de cinq personnes. Xavier détecte ces « comportements sociaux indésirables » et donne ensuite un avertissement verbal aux habitants. Car oui, Xavier parle.

Dystopie. Xavier est donc un robot-patrouilleur qui ne laisse rien passer. De plus, les images captées sont retransmises en temps réel vers un poste de police. S’il n’est pas le premier robot-flic (il existe par exemple celui-ci aux États-Unis), sa mise en service inquiète les riverains, pas à l’aise à l’idée de voir débarquer ce genre d’outil de surveillance. À l’AFP, une militante des droits du numérique a déclaré que ces innovations « contribuent au sentiment qu’il faut faire attention à ce que l’on dit et à ce que l’on fait à Singapour, beaucoup plus que dans d’autres pays ». Le gouvernement indique de son côté qu’il s’agit là d’un outil nécessaire pour faire face au manque de main d’œuvre, et que Xavier n’est pas déployé pour identifier les citoyens.

Mais la question des données collectées est sensible à Singapour, même s’il existe, comme l’indique la CNIL, une législation générale sur la protection des données personnelles. D’après le Guardian, la cité-État est critiquée sur cet aspect et certains défenseurs des droits parlent même d’une surveillance généralisée par le gouvernement. Autant dire que Xavier continuera de diviser la population et posera fatalement des questions sur les potentielles dérives liées à cette surveillance toujours plus accrue. Quant au choix du nom, on ne comprend toujours pas. Peut-être une référence au Professeur Xavier dans X-Men ?

Deja demain

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !