On était au Smart City Tour de SEAT pour voir le futur de la mobilité
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
On était au Smart City Tour de SEAT pour voir le futur de la mobilité
Vincent Pons |  05/12/2015 15:12
On était au Smart City Tour de SEAT pour voir le futur de la mobilité

La célèbre marque espagnole part en tournée. Après plusieurs étapes européennes, c’est au tour de Paris d’accueillir experts et journalistes afin de discuter et disserter sur la place d’un constructeur automobile dans le monde de demain.

Magasins généraux de Pantin, 4 décembre 2019. C’était la veille du premier jour de grève, dans un Paris congelé, mais pas encore amputé de presque tous ses métros. À Pantin, à trois stations de la capitale, SEAT organisait la conférence Smart City, le mercredi 4 décembre, pour une matinée placée sous le signe de la mobilité avec notamment au programme le bilan de l’étude Scan Mobility, révélant les résultats du premier baromètre sur les tendances de mobilité urbaine. L’objectif : analyser les chiffrés liés aux modes de transports quotidiens de trois pays européens : l’Allemagne, l’Italie et la France, évidemment.

Première conclusion : les Français aiment leurs voitures, mais une majorité estime nécessaire qu’elles évoluent.

À la tribune, Éric de Riedmatten, que vous connaissez pour sa Minute Mobilité sur CNews et sur C8, se charge de nous traduire les points importants de cette exploration. Scan Mobility a collecté plus de deux millions de données auprès de 1000 personnes et arrive à une conclusion fracassante : la voiture reste le moyen de transport favori. Les Français la considèrent même comme étant le plus fiable de tous, loin devant la marche. 

Voiture, je vous aime. Plus de la moitié des Français déclarent utiliser leur véhicule car “il est simple et rapide d’utilisation”. Et pourtant, l’étude révèle qu’ils ne sont pas réticents au changement. Ils sont par exemple 50% à estimer que la voiture doit évoluer et font confiance aux nouvelles solutions ; 67% de nos compatriotes sont prêts à passer à la voiture hybride. Cette motorisation est plus plébiscitée que l’électrique pour laquelle ils émettent quelques doutes, probablement dus aux temps de charge. 

Autre conclusion : on aime sa voiture mais on ne la partage pas encore assez. Seulement 4% de la population de l’Hexagone utilise le car pooling et 3% le car sharing. Quant à trouver un autre moyen de transport plus doux, ce n’est pas encore ça. Trottinettes, gyroroues et vélos ne représentent que 13,4% des trajets ; preuve que ces moyens de déplacement ont beau être déjà là, ils ne sont pas encore totalement ancrés dans notre société. Voilà peut-être pourquoi SEAT a annoncé en novembre dernier la création du SEAT Urban Mobility, une entité pleinement dédiée au développement de solutions de mobilité urbaine concrètes aux nouveaux besoins des citadins.

Vers la micro-mobilité. Les jeunes, eux, changent la donne et l’âge d’achat de la première voiture recule de plus en plus. Lucas Casanovas, directeur de SEAT Urban Mobility, veut épouser la voix du bel âge pour que le constructeur devienne le leader de la micro-mobilité en proposant des services de mobilité complémentaires des voitures traditionnelles. « Les services de micro-mobilité sont les solutions du futur. Avec cette nouvelle Business Unit, SEAT s’engage à offrir à ses consommateurs, souvent jeunes, des services et produits accessibles, faciles et amusants à utiliser. » La trottinette eXS, déjà en vente, ou le futur SEAT e-Scooter, premier scooter électrique de la marque, sont autant d’exemples de ce grand virage. C’est sans compter sur la Mii electric, premier véhicule 100% électrique de SEAT, disponible à partir de 21 920€, ou la SEAT el-Born, dont la la batterie peut être rechargée en seulement 47 minutes.

On l’aura compris, les usages évoluent et les consommateurs sont prêts à recevoir une mobilité plus efficace. Ne reste plus qu’à légiférer. À entendre Damien Pichereau, député de la Sarthe, présent lors de la table ronde, les pouvoirs publics n’ont pas gardé les mains dans les poches. Avant la loi mobilité prévue pour une entrée en vigueur en 2020, cela faisait 37 ans que l’on n’avait pas tenté d’améliorer les déplacements des Français. On anticipe désormais les usages des nouvelles offres de mobilité pour ne pas reproduire les erreurs de l’apparition de la voiture au début du 20e siècle (ou du fiasco des trottinettes à Paris). Parmi ces nouvelles offres de mobilité, les start-ups Tank You et Freshmile, familières de Détours, était également sur place avec un stand chacun pour présenter leur service, respectivement, la livraison d’essence à domicile et l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques.

Un dernier engagement, pour la route : la ville doit offrir des services tout en respectant l’engagement écologique. Selon Guillaume Crunelle, responsable automobile chez Deloitte, en France on veut tourner la page du 100% thermique avec pour objectif la fin des véhicules à énergie fossile à l’horizon 2040. Que cela soit rouler avec un véhicule alimenté au bioGNV (c’est déjà possible avec les modèles Arona TGI et Leon TGI, on y revient bientôt), utiliser les transports publics ou patiner en trottinette, les outils existent déjà. Quant à nous, on a déjà fait notre choix.  

multimodalité seat Smart Cities

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !