Aider la planète malgré vous grâce au nudging
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Aider la planète malgré vous grâce au nudging
Amélie Drouet |  05.10.2017
Aider la planète malgré vous grâce au nudging

Vous est-il déjà arrivé de gravir un escalier en forme de piano plutôt que de prendre l'escalator ? Vous avez été « victime » d’un nudge, cette technique douce qui vous pousse, à votre insu, à réaliser de bonnes actions pour la planète. Tout un art !

Manière douce. Des cendriers qui vous proposent de voter, des traces de pas sur le trottoir qui vous promènent jusqu’à une poubelle… Autant d’installations qui vous amènent à adopter un comportement bénéfique pour vous, pour les autres et la planète (on parle d’ailleurs de « green nudge ») sans que vous vous en rendiez compte. Manipulation vous dites ? Pas vraiment, puisque vous restez libre de vos choix. Il s’agit simplement de transformer une bonne intention en action. Comme un GPS : vous choisissez la destination et lui vous indique le meilleur chemin pour vous y rendre, même si vous pouvez continuer à prendre la route la plus longue et la plus chère.

Votre cerveau, ce flemmard. Constat : nos décisions sont plus influencées par le contexte, nos émotions et le regard des autres que par notre esprit rationnel. Pour induire le bon comportement, le nudge consiste à modifier l’environnement selon ces facteurs. Et ce de plusieurs façons : proposer par défaut l’option la plus respectueuse de l’environnement (mettre des doggy bags directement sur les tables au resto), rappeler la norme sociale (« 90% de vos voisins trient leurs déchets » écrit sur une benne) ou transformer l’acte en jeu (une marelle devant une poubelle).

Coup de pouce contre les dépenses. Tiré de la psychologie comportementale, le nudge a été adopté par les pouvoirs publics peu après la parution du livre de Thaler et Sunstein théorisant le concept en 2008. Dans les années 2010, Sunstein est même engagé pour piloter « l’unité nudge » de l’administration Obama. Et pour cause, la méthode est peu coûteuse et plus rentable que la plupart des actions publiques. Coller des fausses mouches dans ses urinoirs a par exemple permis à l’aéroport d’Amsterdam de réduire de 80% le temps et les frais liés au nettoyage.

Certes, « on ne change pas nos comportements avec l’information », rappelle Eric Singler, président de l’association Nudge France, mais ces installations imaginatives forment un complément intéressant à la sensibilisation, l’exemplarité et les incitations fiscales pour nous tous qui sommes restés de grands enfants.

Design Higyène Psychologie ville

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire