Ces nouveaux filtres anti-pollution se collent sous le nez
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ces nouveaux filtres anti-pollution se collent sous le nez
Hilaire Picault |  05.11.2018
Ces nouveaux filtres anti-pollution se collent sous le nez

Trois ingénieurs indiens ont inventé une nouvelle protection anti-pollution non-invasive qui devrait sauver cyclistes et piétons d’une mort à petit feu dans nos villes.

Bas les masques ! Chers, mal-commodes et finalement inutiles selon cette étude, les masques anti-pollution n’ont pas la cote alors qu’on en aurait de plus en plus besoin. Heureusement, à l’autre bout du monde, une solution vient de pointer son nez (sic).

Ces filtres stoppent les particules fines pendant dix heures sans encombrer la respiration ni bloquer la bouche.

Les Nasofilters ne font que quelques millimètres d’épaisseur. On les décolle d’un patch pour venir les coller à l’extrémité des narines. Des rabats transparents assurent la tenue au nez. À l’intérieur, des fibres empêchent l’entrée dans les voies respiratoires des particules fines inspirées. Celles-ci sont ensuite expulsées à chaque fois que vous soufflez.

90% de pollution stoppée. Selon la startup indienne Nanoclean Global, à qui on doit cette invention, les Nasofilters arrivent à filtrer 90% des PM25 (particules de moins de 2,5 micromètres de diamètre) et 95% des PM10 pendant une dizaine d’heures. Le tout sans déranger celui qui les porte, puisqu’il peut continuer de respirer normalement, parler et même manger. Le but étant évidemment de les garder toute la journée en ville – quoi qu’il faille encore les enlever pour se moucher.

Le flair. Les trois fondateurs espèrent sauver le plus grand nombre des terribles pics de pollution dont souffre la capitale indienne. Ils ont fixé le prix de ces patchs filtrant quotidiens à 10 roupies, soit 12 centimes d’euros. « À peine nous étions-nous lancés que nous avons reçu des milliers de commandes de la part d’écoles, hôpitaux et entreprises de Delhi et de tout le pays », raconte l’un des fondateurs, Prateek Sharma. Lui qui confie avoir grandi en voyant sa mère souffrir de crises d’asthme a eu une sérieuse motivation pour aller au bout de ses recherches.

Heureusement, nous n’avons pas les mêmes niveaux d’ozone que l’Inde. Cependant, on prend les paris que si les Nasofilters sont importés en France, n’importe quel cycliste serait OK pour les tester, non ?

inde Masque anti pollution

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire