Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Non, les seniors ne conduisent pas moins bien que vous

    Un grave accident à Paris impliquant une personne de 92 ans a relancé le débat sur la mise en place d’un contrôle des conducteurs âgés. Les statistiques ne vont pourtant pas dans le sens qu’on croit…

    Tragédie. Le 27 octobre dernier, un automobiliste de 92 ans perdait le contrôle de son véhicule. Sans doute victime d’un malaise, il a percuté 7 personnes au cœur de Paris. On le sait, l’émotion va  souvent de pair avec la demande de mesures drastiques. Ainsi, le père d’une des victimes, qui a été amputée après l’accident, a soutenu dans les médias que cet accident devait être l’occasion de rouvrir le débat sur la mise en place d’une visite médicale pour les conducteurs seniors.

    Autoriser ou non ? En insistant bien sur le fait qu’il n’est nullement dans une logique anti-seniors, l’argument de ce père s’entend : «Est-ce que c’est normal qu’une personne de 92 ans qui a un problème de santé, conduise ? demandait-il sur RTL. Ma fille (…) pourrait être morte. Ce n’est même pas un accident de scooter. Elle était sur le trottoir, en train d’attendre une amie qui était dans une boutique et boum. Sa vie va être à reconsidérer. Je suis tellement en colère… »

    « Il y a une législation contre l’alcool au volant mais rien pour les personnes qui conduisent mais ne sont pas aptes à le faire. »

    Le débat lancé, Anne Laveau, la directrice de la Prévention routière, a répondu à son tour. Chiffres à l’appui, elle a démenti l’idée reçue que les personnes âgées seraient des dangers publics. En tous cas pas plus que d’autres tranches de la population. A vrai dire, c’est même l’inverse : « Les seniors ne sont pas plus responsables que les autres d’accidents et ils sont plutôt davantage victimes, puisqu’il y a 25% des décès en France qui sont des seniors, alors qu’ils représentent 19% de la population. »

    Les seniors, d’abord victimes de la route. Selon le dernier bilan de la Prévention routière, un piéton sur deux mort l’an dernier avait plus de 65 ans. Autrement dit, ils sont d’avantage victimes que dangereux et stigmatiser les seniors sur la base d’un cas particulier est une mauvaise idée. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur a mis fin au débat : « Nous n’envisageons pas de faire passer des tests à toutes les personnes qui ont plus de 60 ans. J’en appelle à la responsabilité de chacun, y compris les conducteurs, mais aussi les familles. » Un peu de bon sens collectif en somme, c’est bien aussi.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.