" layout="nodisplay">
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Accueil / Mobilité douce / Non, les vélos ne sont PAS obligés de rouler sur les pistes cyclables
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  06/12/2021 18:11
Non, les vélos ne sont PAS obligés de rouler sur les pistes cyclables

Cela ne sert à rien de klaxonner et de vous énerver quand un vélo est devant vous : la majorité des pistes sont facultatives pour les cyclistes. Par contre, amis scooters, elles leur sont entièrement réservées...

Pas comme les voies du Seigneur. Le Code de la route est très clair sur ce point, depuis un décret de septembre 1998 : les voies cyclables ne sont pas systématiquement obligatoires. Sauf si le préfet souhaite en imposer l’usage aux cyclistes sur certains tronçons de route, au cas par cas. Et ce, tout simplement, en le précisant avec un panneau… rond.

Pour rappel, un panneau carré indique une piste, dont l’usage est facultatif, alors qu’un disque bleu oblige les cyclistes à l’utiliser. En réalité, on constate que moins d’une voie sur deux est obligatoire ; ce cas étant réservé aux axes dangereux, comme une piste à contresens d’une voie automobile ou pour empêcher des cyclistes de traverser un axe très passant.

Les cyclistes ont donc parfaitement le droit d’emprunter la chaussée, en prenant alors une place « complète », les autres véhicules n’ayant pas le droit de rouler à leur côté dans une même voie. Toutefois, les aménagements cyclables sont faits pour leur sécurité et de nombreux cyclistes craignent les voitures. Alors pourquoi ne les utilisent-ils pas systématiquement ?

La voie est (rarement) libre. En fait, on constate à cela plusieurs raisons pratiques teintées de certaines précautions :

1. Les bandes cyclables (dessinées sur la voie mais sans séparation des voitures) sont régulièrement utilisées comme stationnement par des automobilistes et livreurs, forçant les vélos à se décaler sur la chaussée où les voitures arrivent bien plus vite.

2. La piste cyclable contient de nombreux nids-de-poule, abaissements et anfractuosités qui peuvent faire dérailler ou crever un pneu à la longue.

3. La piste est « squattée » par des piétons, des poubelles, ou des obstacles divers qui compliquent la visibilité rendant tout dépassement dangereux ou qui forcent le cycliste à rouler au pas, voire à poser le pied.

Autant de soucis qui relèvent de l’autorité publique, pour assurer l’entretien et le respect des voies de chacun. Car si les vélos ne sont pas tenus d’y circuler, les pistes et bandes sont réservées aux vélos. Piétons et scooters qui les empruntent participent à renvoyer les cyclistes sur des voies où ils sont en danger, comme l’a prouvé le tragique accident entre un poids-lourd et un vélo à Paris. Moralité : donnez priorité au cycliste où que vous soyez, car s’il n’est pas dans sa voie, il a sans doute une bonne raison et il prend des risques en se frottant à vous.

Crédit photos : Twitter

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !
Exit mobile version