Un mois sans supermarché : le défi pour apprendre à manger mieux (et moins cher)
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Un mois sans supermarché : le défi pour apprendre à manger mieux (et moins cher)
Robin Ecoeur |  04.02.2019
Un mois sans supermarché : le défi pour apprendre à manger mieux (et moins cher)

La troisième édition de l'opération « Février sans supermarché » vient de débuter pour mieux consommer en variant les sources d’approvisionnement. C’est le moment d’éviter les grandes surfaces.

La ferme. Après la détox du mois de janvier nommée « Dry January », des Suisses proposent depuis 2017 le « février sans supermarché ». Ce défi, si vous l’acceptez, est de privilégier les commerces indépendants, les épiceries de quartier et les petits producteurs locaux au détriment de Carrefour, Auchan ou encore Lidl.

La raison ? Il faut « encourager les commerces indépendants, redécouvrir les épiceries de quartier, soutenir les petits producteurs, favoriser la vente en vrac et le commerce local, repeupler les marchés ou encore réapprendre à n’acheter que l’essentiel », explique le groupe En Vert et Contre TousLeïla Rölli, sa fondatrice, rappelle aussi la nécessité de « faire savoir aux grandes surfaces que nous ne sommes pas d’accord avec le suremballage, le kilomètre alimentaire qui explose les scores ou les politiques de prix qui écrasent les petits producteurs. »

-10% sur la note. Le choix du mois de février n’est pas un hasard. C’est l’un des mois les plus compliqués pour les petits commerçants et les producteurs. Cette opération permet alors de les soutenir et de faire changer les mentalités en proposant des alternatives aux consommateurs souvent moins chères que la grande distribution. Dans son livre 100 jours sans supermarché, la journaliste Mathilde Golla écrit avoir « économisé, contre toute attente, environ 10% en passant par les circuits courts, tous postes de dépenses confondus ». Surpriiiise : le mois sans supermarché pourrait alors être plus économique.

Agir localement. Ce n’est pas un boycott, comme l’explique Leïla Rölli, mais une incitation à faire au mieux de ses possibilités. Des groupes se sont formés par région sur Facebook afin d’échanger les bonnes adresses et des conseils. Certes, ce défi vous demandera plus de temps et un changement de vos habitudes. Mais ce challenge pourrait être une motivation pour se remettre à cuisiner, à faire ses propres produits ménagers et à se mettre au « do it yourself ».

Selon le baromètre du centre-ville et des commerces de 2017, 83% des Français essayent de privilégier le marché local et ils sont de plus en plus nombreux à fréquenter les commerces de leur centre-ville. On estime que 6 à 7% des achats alimentaires en France se font par des circuits courts. C’est le moment de faire décoller ce chiffre.

achats février petits commerces Supermarché

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire