L'avenir de l'exploration spatiale ? Cette flotte de mini-satellites
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
L’avenir de l’exploration spatiale ? Cette flotte de mini-satellites
Hilaire Picault |  17.08.2017
L'avenir de l'exploration spatiale ? Cette flotte de mini-satellites

Visiter des galaxies dans de gigantesques vaisseaux, c'est bon pour Hollywood ! En vérité, le futur, ce sont des nano-satellites qui dérivent dans le cosmos. Et un milliardaire russe vient de mettre les six premiers en orbite.

Tenir un satellite dans la main. Elles tiennent dans la main, on les appelle « Sprite », ces minuscules sondes carrées de 6,25 cm² ne pèsent guère plus de 4 grammes chacune. Depuis le 23 juin, elles gravitent autour de la Terre, portées par deux satellites européens. Visuellement, cinquante ans de S-F au ciné en prennent un coup : il ne s’agit ici que de simples cartes électroniques vertes intégrant des capteurs, un microprocesseur, un émetteur radio et des cellules photovoltaïques pour s’alimenter. C’est côté mobilité que le Sprite fait des étincelles, grâce à sa « light sail »…

Le cosmos à la voile. Cette« voile solaire » est une longue traîne faite en textile réfléchissant qui détourne la pression des photons sur elle pour se propulser. Une technologie qui, compte tenu du poids, permet d’être mille fois plus rapide que les sondes habituelles, en atteignant 20% de la vitesse de la lumière. Cela tombe bien car, à terme, la mission de ces Sprites se trouve à 4,2 années-lumière de nous…

Interstellar. Inventées par l’ingénieur aérospatial américain Zac Manchester en 2011, ces nanosatellites sont au cœur du projet Breakthrough Starshot. L’objectif de ces sondes est d’aller explorer le système d’Alpha du Centaure pour y détecter (pourquoi pas) de la vie et s’intéresser de plus près à la planète Proxima b, qui pourrait se révéler viable.

D’abord financé par une campagne de crowdfunding (eh oui !), Zac Manchester bénéficie désormais du soutien du milliardaire Yuri Milner. Viennent ensuite l’appui du scientifique Stephen Hawking et une collaboration avec la NASA, qui ont récemment permis de lancer les satellites porteurs. Des prototypes de Sprites avaient même déjà été testés sur l’ISS : accrochés à l’extérieur de la station spatiale ils ont confirmé leur résistance et donc leur capacité à survivre à un grand voyage. Ce sont maintenant leurs capteurs qu’on éprouve. Avec une bonne nouvelle : leurs premiers signaux radio ont bien été reçus. Restez à l’écoute…

espace NASA Russie satellite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire