Il invente la voiture qu'on conduit à distance
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Il invente la voiture qu’on conduit à distance
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  16.04.2018
Il invente la voiture qu'on conduit à distance

Ou quand la réalité virtuelle permet d'emmener les enfants à l’école sans quitter son canapé.

Un fantôme au volant. Vous arrivez au feu rouge. Vous regardez la voiture à votre gauche. Sur le siège arrière, un enfant est assis, avec son cartable. Au volant, personne. Ce n’est pas une voiture autonome. En chair et en os, son conducteur est assis à des kilomètres de là, avec un casque de réalité virtuelle sur la tête. Le futur, ou une suite de Black Panther ? Non, le présent, tel que l’a présenté NVIDIA, le 28 mars dernier.

Voiture télécommandée. Alors que le PDG de la firme américaine spécialisée dans les cartes graphiques, Jensen Huang, discutait véhicule autonome, une voiture est apparue sur l’écran géant. Bien que vide, elle roulait dans les rues. Son pilote était sur la scène, volant en main et casque sur les yeux. S’il semblait être en pleine partie de jeu vidéo, il était bien en train de piloter une voiture réelle.

Se dédoubler. Les avantages et scénarios sont multiples, mais on retiendra surtout la possibilité de se dédoubler : vous devez emmener belle-maman à la gare, mais vous êtes au boulot. Aucun souci, prenez une petite pause, le temps de la mener à bon port. Un autre exemple : en pleine réunion, votre femme vous annonce qu’elle est sur le point d’accoucher. Vous demandez à vous absenter une poignée de minutes, le temps de l’emmener à l’hôpital.

Prendre ainsi le volant à distance confère au conducteur un large champ de vision et une insensibilité au stress environnant.

Deux précautions valent mieux qu’une. Hormis la simplification d’une multitude d’actions quotidiennes, la technologie (dérivée de la plateforme virtuelle collaborative « Holodeck ») pourrait réconcilier les autorités avec la voiture autonome, et notre manque de confiance envers son ordinateur. Là, un chauffeur distant pourrait même vous sauver le jour où l’ordinateur de votre autonome perd les pédales. De quoi permettre aux cars scolaire ou aux poids-lourd de changer de conducteur au milieu de leur trajet également…

Toutefois, cette technologie suscite plusieurs interrogations, et pas des moindres : comment les autorités vont-elles contrôler le véhicule ? Comment savoir qui est véritablement derrière le volant ? Y’a-t-il un risque de déconnexion entre le pilote et sa voiture ? Tant de questions auxquelles NVIDIA (ou les meilleurs scénaristes d’Hollywood) devrait répondre dans les mois à venir.

conduire réalité virtuelle Voiture autonome

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire