Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Le meilleur ami de votre enfant est un robot : est-ce grave ?

    De plus en plus complexes, capables d’imiter une forme de sensibilité et donnant l’illusion d’une vraie personnalité, les robots vont devenir les jouets favoris de nos enfants. L’arrivée de Cozmo en France, le robot star dont tout le monde parle, est l’occasion de faire le point.

    « Voulez-vous que le meilleur ami de votre enfant soit un robot ? » Voilà la question un peu rentre-dedans que le journal anglais The Guardian posait à ses lecteurs il y a quelques semaines à l’occasion d’une grande enquête sur le sujet. Derrière la provocation, comme souvent, c’est une vraie question qui se pose chez nous aussi. D’autant que depuis le 15 septembre dernier, Cozmo, le robot star de la start-up américaine Anki, a débarqué sur le marché hexagonal.

    Pour bien comprendre de quoi on parle, il faut imaginer un petit robot intelligent aux faux airs de Wall-E. Une fois qu’on lui donne vie – c’est-à-dire en l’allumant et le connectant à son smartphone – Cozmo ouvre ses yeux et se met en marche. Monté sur chenille, ce petit machin apprend au fur et à mesure, capable d’enregistrer les visages, les prénoms, de reconnaître les gens mais aussi de discerner les expressions d’un visage et d’avoir un comportement adéquat…

    De vrais compagnons. Cozmo est une vraie curiosité. Les jeux qu’il propose sont plutôt malins, et quand il perd, il singe la mauvaise foi. C’est bien mignon mais comme on est déjà vieux, on passe vite à autre chose. En revanche, pour les enfants, c’est bien différent : Cozmo est un vrai compagnon. Il communique et se rend utile aussi, en aidant à apprendre les bases de la programmation informatique par exemple. Et le petit jouet d’Anki n’est pas le seul sur le marché. Meccano s’aligne également avec MAX, un robot aux beaux yeux mais à la voix un peu gênante qui enregistre des informations au fur et à mesure pour devenir un ami à chaque fois meilleur.

    L’amitié, ça s’apprend. Forcément, pour des enfants en pleine formation cognitive, ce rapport avec la machine va nécessairement recomposer certains ressorts liés à l’apprentissage de l’amitié, de l’affection ou de l’amour. Dan Jolin, le journaliste du Guardian, a poussé son travail jusqu’à ramener Cozmo à la maison pour le plus grand plaisir de ses deux fils, Max, 7 ans, et Louis, 11 ans. Et Jolin n’a pas été déçu du voyage. Quand papa interviewe ses propres marmots, les réponses décapent. Pour Louis, l’aîné : « Cozmo est tellement expressif qu’il commence vraiment à le considérer comme un copain ou un animal de compagnie avec qui jouer. » Le benjamin y va de sa surenchère : « Cozmo n’est pas notre animal de compagnie ! Et ce n’est pas notre robot ! C’est notre enfant ! »

    Apprendre l’affection avec une machine peut-il conduire à autre chose qu’à la désillusion ? Oui, si le robot apprend lui-même à ne pas décevoir, explique un roboticien anglais.

    La confiance marche sur piles LR6. Ces réponses surprennent. En conséquence, les scientifiques commencent à traiter sérieusement les questions sous-jacentes. Alan Winfield, un professeur en robotique à l’Université de Bristol a par exemple créé un manifeste il y a six ans qui tente de dresser des principes que tous les robots devraient respecter. Et parmi ceux-là, il en est un primordial pour les enfants : Robot, tu ne décevras point ! Un point capital que les fabricants vont devoir garder en tête : en aucun cas, les enfants vulnérables – et ça marche aussi pour les personnes avec handicap ou âgées – ne devront jamais penser que le robot est là pour prendre soin d’eux, au risque de désillusions immenses.

    De la même façon, il va falloir faire en sorte que ces robots ne soient jamais programmés pour tirer sur la corde de la dépendance affective ou du manque, un peu à l’instar des Tamagotchi au siècle dernier. Car là encore, ce serait faire courir le risque que l’enfant, de peur de laisser son robot favori à l’abandon, délaisse ses copains en chair et en os. Et ce ne sont là que les premières craintes qui se posent dans ce domaine encore balbutiant. Vous connaissez le calendrier, après la rentrée arrivent les catalogues de Noël. Quand votre gamin va vous demander son robot, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenu…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.