Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Des médecins ont trouvé comment rendre l’ouïe à des sourds

    Ils ont conçu une micro prothèse imprimée qui imite parfaitement un os nécessaire à la conduction du son dans l’oreille.

    La chaîne du son. Il existe différents types de surdité, traumatique, génétique ou infectieuse, mais toutes peuvent se manifester par un défaut de conduction du son à l’intérieur de l’oreille. On parle alors de « surdité de transmission » : l’un des trois petits os est brisé (qui sont, de l’extérieur vers l’intérieur  : le marteau, l’enclume, ou l’étrier – si vous souhaitez briller dans les dîners) ce qui interrompt la chaîne du son. Vous voyez venir l’idée : recréer l’os défaillant pour rattacher les maillons. C’est ce à quoi ce sont attelés les chercheurs du labo de l’université de médecine du Maryland.

    Osselets & Dr Maboul. Ils ont tenté de recréer l’os parfait. Pour cela, ils ont réalisé une expérience : prélever sur trois cadavres l’os médian et en réaliser une tomographie assistée par ordinateur. En termes simples, un scanner en volume de chaque osselet qui permette ensuite de le reconstituer dans sa forme neuve. Les imageries créées ont servi par la suite à produire des prothèses en résine avec une imprimante 3D.

    En guise de test, les ingénieurs ont joué à un jeu digne de Docteur Maboul : ils ont demandé à quatre chirurgiens de replacer les « os » créés dans les dépouilles correspondantes. Les docteurs ont identifié lequel appartenait à chacun, sans erreur ; chaque os était donc parfaitement adapté au patient.

    Mission réussie. Car c’est pile le problème actuel : les prothèses réalisées en acier et en céramique ne sont pas assez précises pour parfaitement s’emboîter. Du coup, elles doivent être retouchées en salle d’opération et se concluent par un fort taux d’échec. Ici, l’imagerie combinée à l’impression 3D rend la prothèse parfaitement compatible. Prochaines étapes : utiliser des matériaux encore plus bio-compatibles, voire un maillage biologique où pourraient se développer des cellules humaines, afin que l’os se recrée dans la prothèse à long terme. Oh, et tester sur des patients vivants…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.