Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Mauvaise nouvelle pour les diesels : le contrôle technique sera encore plus sévère en 2019

    Pour ne pas froisser les gilets jaunes, la mesure est repoussée à l’été prochain.

    Émissions impossibles. En vue de contenir le réchauffement climatique, les accords de Paris ont fixé des objectifs à tenir, dont le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre et un désengagement des énergies fossiles. Ce qui a conduit le gouvernement à taxer les carburants pétroliers, mais le plan de transition comportait un autre volet. Le contrôle technique périodique, qui autorise ou non les véhicules à circuler en France, doit être renforcé pour recaler les véhicules qui émettent encore trop de particules fines.

    Dissiper les fumées. Le projet de loi vise spécifiquement les diesels trop vieux, les voitures mal ou pas entretenues, et les véhicules dont le filtre à particules a été démonté. Si cette pratique connue sous le nom de « déFAPage » est encore minime, de plus en plus d’automobilistes y ont recours car ce filtre s’encrasse dès qu’on circule essentiellement en ville. Interdite, cette opération est passible de 7500 euros d’amende, mais elle restait indétectable puisque absente du contrôle technique. Ce ne sera plus le cas.

    Résultat de recherche d'images pour "defaper diesel"

    Autre nouveauté, les tests d’émissions à l’échappement vont être plus poussés. Le plafond du niveau d’opacité des fumées toléré va être abaissé et le contrôle sera plus réaliste en exigeant des examinateurs 7 prises de mesures et une accélération plus franche au cours du contrôle. Le reste des mesures cherchent simplement à vérifier que les normes imposées aux constructeurs sont bien respectées. De quoi mieux respirer ? Peut-être, mais cette loi en a surtout fait tousser quelques-uns.

    Près de 9 millions de véhicules diesel polluants sont dans le viseur du gouvernement.

    Voie de garage. La loi devait entrer en vigueur dès janvier 2019 pour recaler une part du parc automobile en contre-visite, sinon à la casse. Mais la fronde des gilets jaunes a poussé le Premier Ministre à revoir son plan de bataille. « J’ai entendu l’inquiétude sur les modalités du contrôle technique, qui le compliquent et le rendent plus cher, a déclaré Édouard Philippe. Je suspends cette mesure pour une durée de six mois, pour trouver les justes adaptations. »

    La hausse des taxes sur les carburants a été officiellement annulée et la réforme du contrôle technique repoussée d’un semestre. Il faut dire que le contrôle périodique avait déjà été remanié en mai dernier avec davantage de points de contrôle (passés de 123 à 134) ce qui avait eu pour conséquence un pic de contre-visites depuis. Annulera, annulera pas ? Réponse en juin prochain.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.