Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    3 minutes de lecture

    Les frères Hassani

    Deux frères afghans ont inventé un drone qui détecte les mines antipersonnel et les détruit.

    Mahmud et Massoud Hassani ont respectivement 31 et 33 ans. La première moitié de leur vie, ils l’ont passée à Kaboul. Entre l’invasion russe, les seigneurs de guerre et les talibans, ils ont vécu dans un panorama de terreur. La mort était au rendez-vous à chaque instant, racontait Massoud en décembre dernier au magazine Popular Science. « Pour aller à l’école à pied, il y avait un chemin spécial à prendre – sinon, on finissait dans un champ de mines, se souvient-il. Les mines sont peu onéreuses à fabriquer et déployer, mais très lente et chère à retirer. On estime qu’il y a 110 millions de mines disséminées autour du globe. Elles tuent 15 à 20 000 personnes par an. Vivre au milieu d’elles tourne vite au trouble mental. »

    Si les deux frères vivent à Eindhoven, aux Pays-Bas, depuis le début des années 2000, ils sont restés hantés par les souvenirs de petits camarades fauchés, comme des centaines d’autres, à un âge indécent. Amoureux de leur Afghanistan natal, ils ont décidé d’y revenir avec une invention révolutionnaire : un drone qui détecte et fait exploser les mines avant qu’elles n’accomplissent leur terrible dessein.

    Les « Mine Kalfon » nettoient les mines vingt fois plus vite que toutes technologies existantes.

    Clic clic boum. Cet incroyable drone baptisé « Mine Kafon » (Kafon signifie « exploser » en langue dari) est composé de six bras équipés d’un moteur à hélices. Grâce à ses logiciels et son GPS, il peut cartographier précisément, en scannant méthodiquement de long en large tout un secteur. Puis, une fois le plan de vol établi et la zone cartographiée, le drone inspecte le champ de mines grâce à son détecteur de métal et repère où se cachent les objets explosifs. « Le champ de mines peut être scanné au centimètre près ! » vantait Massoud à l’AFP. Enfin, une fois le terrain « mappé », le drone y retourne avec une pince contenant une charge explosive. Celle-ci va « créer un cratère dans le sol, ce qui va activer le détonateur de la mine et la faire exploser », complète-t-il.


    La revanche.
    Ces deux-là ont toujours été des inventeurs en herbe. « Déjà petits, on fabriquait nos propres jouets, se souvient Massoud sur son blog. Un des mes préférés était un petit objet roulant qui était propulsé à la force du vent. On faisait des courses contre nos petits voisins et souvent, nos jouets roulaient, trop vite, trop loin. Ils atterrissaient dans des champs où on ne pouvait pas les récupérer à cause des mines. » Le principe du drone constitue une forme de revanche sur le destin ! Surtout, les deux frères sont catégoriques : les « Mine Kalfon » nettoient les mines vingt fois plus vite que toutes technologies existantes.

    Plus vite, moins cher, et avec le sourire des enfants. Après une campagne de financement participatif sur Kickstarter qui leur a permis de récolter près de 180 000 euros en 2016, ils testeront les premiers produits courant 2017. Chaque drone devrait coûter autour de 1 000 euros et pourrait déminer un champ entier. Une économie énorme quand on sait que retirer une simple mine à la main coûte plusieurs centaines d’euros. Les deux frères espèrent en déployer des milliers dans le monde dans les années à venir, à commencer par l’Afghanistan, évidemment. Et à Massoud de conclure : « Ce serait formidable de revenir en apportant ce cadeau. »

    Engager vous auprès de la fondation Mine Kafon sur son site : www.minekafon.org

    Afficher l'image d'origine

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.