Marche arrière : Macron annule le contrôle technique obligatoire pour les scooters et motos
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Marche arrière : Macron annule le contrôle technique obligatoire pour les scooters et motos
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  16/08/2021 10:41
Marche arrière : Macron annule le contrôle technique obligatoire pour les scooters et motos

Mercredi, c’était officiel ; vendredi, c’était suspendu. Motif invoqué par le Président : ne pas « embêter » les Français… avec la sécurité et la lutte contre la pollution ? Explications d’un scandale.

L’État, c’est moi. Comme l’Europe le réclamait depuis 2014, un décret imposant un contrôle technique aux « véhicules motorisés à deux ou trois roues » a enfin été publié au Journal officiel le 11 août. Ce contrôle, obligatoire depuis 1992 pour les automobiles, devient alors impératif pour toutes les motos et scooters, y compris les scooters, même les 50 cm³ ; à défaut, le contrevenant risque une amende de 135 €. Freins, pneus, bruit… les points à contrôler auraient dû être indiqués plus tard car le décret n’entrait en application qu’en 2023, mais… il n’aura pas lieu.

Le lendemain de l’annonce du décret, le ministre des Transports fait savoir qu’il est « suspendu jusqu’à nouvel ordre » sur décision directe du président. Aussi étonnant que de décider un tel décret au plein cœur de l’été, le voilà donc enterré. Scandale ou bon sens ? Décortiquons cette décision.

Un contrôle technique, pour quoi faire ? Déjà en place chez la majorité de nos voisins européens, cette mesure vise à repérer les véhicules dangereux par manque d’entretien et empêcher les motards de les trafiquer. Mais surtout, le contrôle va écarter de la route des véhicules thermiques trop bruyants ou polluants. Une étude de 2018 avait démontré que les deux-roues motorisés polluait 10 fois plus qu’une voiture. Le contrôle apparaît donc logique face à l’urgence climatique et la multiplication des deux-roues en France depuis le déconfinement et la constante croissance des livreurs de repas en scooter. Pourtant le décret n’aura pas vécu 24 heures avant d’être reporté.

https://twitter.com/TrottoirN/status/1289672841999261696?s=20

En marche ou En selle ? Si la fédération des usagers de deux roues motorisés se frottent les mains devant ce retrait, les reproches pleuvent sur Emmanuel Macron après ce retrait politiquement peu orthodoxe. La député européenne Karima Delli y dénonce un « renoncement » dans le Parisien. Terme qui fait écho à l’abandon de la taxation du carburant face aux Gilets jaunes, aux 80 km/h délaissés, et au retrait de la limitation de la vitesse à 110 km/h sur autoroute proposée par la Convention citoyenne. Une liste qui dépeint un manque d’engagement en faveur du climat du président. Ce dernier évoquant un « embêtement » pour les Français ; comme si ça ne l’était pas pour les automobilistes, et que la pollution ne tuait pas plus de 40 000 Français par an.

On peut par contre douter de l’aspect sécurité du contrôle : les motards entretiennent leur engin bien plus souvent que les automobilistes (tous les 6000 km en moyenne, contre 20 000 km pour la plupart des voitures) et les avaries ne sont responsables que dans 0, 3 % des accidents selon une étude. N’empêche, la France ne pouvant se soustraire entièrement à une réglementation européenne, ce décret devra tôt ou tard revenir sur la table. En le différant, le gouvernement actuel fait reposer la responsabilité de ce décret sur le prochain gouvernement, issu des élections présidentielles de 2022, et se donne un avantage pour les gagner. Soit exactement ce qu’avait déjà fait Manuel Valls en 2015 face au même texte européen. En politique comme en deux-roues, la vie est un cycle.

Crédit photo de Une : Libère ton sas vélo / Facebook

Deja demain

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !