Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Manger des trucs dégoûtants pour nourrir la planète ? Un chef étoilé dit oui

    Se nourrir d’insectes, de sang, voire pire, ça vous rebute ? Pourtant, ce sont des alternatives écologiques à l’épuisement des ressources terrestres. Pour lutter contre la famine et la malbouffe, des scientifiques de Copenhague goûtent à tout.

    Peut-on tout manger ? Le chef René Redzepi et l’entrepreneur Claus Meyer sont considérés comme des demi-dieux dans l’arène de la cuisine mondiale. Ensemble, ils ont créé le Noma à Copenhague, un temple de la cuisine moderne nordique, qui entre 2010 et 2014, a été consacré quatre fois meilleur restaurant du monde. Deux cadors, mais ces restaurateurs ne font pas que collectionner les récompenses. Également activistes de la bouffe et du développement durable, ils ont créé en 2008 le Nordic Food Lab, laboratoire d’expérimentation culinaire, et parcourent le monde afin de manger… autrement.

    Fourmis, sang, larves, pourriture… Depuis leur camp de base, situé dans un laboratoire de l’université de Copenhague, ils ne reculent devant rien. Roberto Flore, le directeur de la recherche du laboratoire, expliquait à The Independent : « On essaie de travailler avec tous types de produits. Insectes, sang, méduses, des produits fermentés qui sentent fort et développent des moisissures et mêmes qui ont l’air pourris. »

    Manger moche, c’est manger propre. Derrière la dimension insolite, la quête est pleine de sens : les protéines des insectes ou des larves pourraient se substituer à la viande, qui est un fléau écologique à produire, question émission gaz à effets de serre. Le sang animal est une autre piste de recherche sérieuse. Ses propriétés coagulantes pourraient remplacer les œufs, allergènes fréquents… Certaines tentatives, pour des gâteaux par exemple, ne sont pas si inappétissantes que ça, comme ces meringues :

    Meringue au sang

    Ultime limite. Un des membres du laboratoire confessait que les fèces d’animaux pourraient être une possibilité. Manger des excréments, vraiment ? Les éléphants, koalas, lapins et autres pandas le font naturellement. En introduisant des microbes utiles dans leurs organismes, ils renforcent l’écosystème de leurs tripes. Miam.

    À manger pour tout le monde. Plus sérieusement, la volonté des foufous du Nordic Food Lab est résolument humaniste. Ils entendent bien vous éduquer et vous redonner confiance dans ce que vous mangez, vous ouvrir à d’autres cultures (manger des insectes est assez répandu et vertueux partout dans le monde). Enfin, à travers ces prises de conscience, René Redzepi et Claus Meyer veulent promouvoir le développement durable. À leur manière, ils cherchent des solutions. Alors, on vous rajoute une assiette ?

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.