Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Ce Lyonnais fabrique des vélos en bambou 100% français

    La marque Cyclik, fondée par Félix Hebert, propose des vélos sur mesure, personnalisables et écologiques.

    Le vélo, le confort en plus. Ancien cycliste de haut niveau, forcé d’arrêter la compétition à cause de problèmes physiques, Félix Hebert s’est vite remis en scelle. En 2016, il lance sa startup, Cyclik, et commence à fabriquer des vélos en bambou dans son atelier de Villeurbanne, près de Lyon. « Aujourd’hui, la majorité des cadres sont fabriqués en série, en Asie et en matière composite. J’ai voulu prendre le contre-pied de cette tendance en fabriquant des vélos sur mesure, en France, et avec des matériaux naturels uniquement issus du territoire national », explique Félix.

    Mieux, le choix de cette matière végétale n’est pas uniquement écologique : à la fois rigide et souple, le bambou absorbe les vibrations et les irrégularités de la route, ce qui rend la conduite plus confortable et réduit le risque de douleurs dorsales.

    Matière première de qualité. En partenariat avec la Bambouseraie d’Anduze dans les Cévennes, il sélectionne un type de bambou adapté à la fabrication de vélos qui est ensuite séché dans une usine spécialisée dans la Loire. Pour le lin, qui sert à ligaturer les éléments du cadre, il vient de Normandie. « Le lin, comme le bambou, sont deux végétaux à la croissance rapide et peu gourmands en eau. On estime à 90% la réduction de CO2 comparativement aux cadres fabriqués en Asie à base de matière composite », détaille le cycliste. Enfin, les pièces métalliques sont usinées en Haute-Savoie, dans la vallée de l’Arve. Résultat : un vélo 100% « made in France ».

    Sur mesure. Félix passe en moyenne 50 heures à la fabrication du cadre qui est adapté à la morphologie du client. Faits à la main, tous ses vélos sont uniques. « Nous avons décidé de fabriquer chaque vélo sur mesure en étant au plus proche de nos clients pour réaliser l’objet idéal en fonction de leurs pratiques », avance Félix.

    30 vélos par an. La jeune entreprise vise haut. Et loin. Pour 2019, Félix souhaite fabriquer une trentaine de vélos, soit un peu plus de deux par mois. Mais, surtout, il veut prouver que le bambou est une bonne matière pour les deux-roues. « L’utilisation de matière végétale pour la fabrication de cadres est encore trop peu connue. Les vélos en bambou sont aussi performants lors des voyages au long cours que pour une utilisation intensive sur la route. »

    Cyclik propose quatre gammes différentes : route, piste, randonnée et hybride (entre le vélo de route et le VTT). Le prix du cadre seul est autour des 2000 euros et pour une petite reine complète, comptez entre 2900 et 3850 euros. Le prix d’un objet unique.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.