Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    2 minutes de lecture

    Alexandra Elbakyan

    Hackeuse, elle met tous les articles scientifiques en ligne gratuitement

    Sweet shirt de l’Etrange Noël de Mr Jack, jean banal et baskets quelconques, Alexandra Elbakyan n’a rien d’une super héroïne en cape et caleçon moulant et tout de l’ado un peu réservée. Pourtant, ses actions portent la même marque de courage des justiciers. Et même pas masquée en plus !

    Cette adolescente à l’apparence timide est Kazakh… et hackeuse. Certains aident à lutter contre le terrorisme, d’autres hackent les rêves (relisez notre portrait de Moran Cerf !), elle, a choisi de rendre la connaissance accessible. Via sa plateforme Sci Hub, elle a permis la mise en ligne et le téléchargement de plus de 50 millions d’articles scientifiques, accessibles gratuitement ! BOOM comme ça.

    La publication d’articles scientifiques, un business bien gardé par de grands éditeurs

    Durant ses études de neurosciences en Allemagne, l’étudiante découvre le prix exorbitant des articles nécessaires à ses recherches : environ 30 dollars l’article ! Sachant qu’il lui faut consulter des dizaines voir des centaines d’études, étudier un mois coûte aussi cher qu’un tour en hélico au dessus du Grand Canyon…

    La publication d’articles scientifiques est un business bien gardé par de grands éditeurs : Elsevier ou Willey-Blackwell pour ne citer qu’eux. Toute la crédibilité, la réputation ou le salaire des chercheurs sont conditionnés à leur publication dans des magazines détenus par ces maisons d’édition. Pour en savoir plus, vous pouvez regarder ce mini doc de Datagueule :

    Alexandra Elbakyan juge la situation injuste et décide alors de hacker les articles dont elle a besoin. Elle découvre qu’elle n’est pas la seule. En 2012, plus de 15 000 chercheurs dont le mathématicien Timothy Gowers, dénoncent ce modèle économique en signant la pétition « le coût du savoir » (cost of knowledge en VO). Et des forums et des sites web partagent déjà des articles scientifiques sur requête.

    Sci Hub : le Google du hacking

    Elle décide d’aller plus loin encore, de centraliser l’ensemble des savoirs sur une plateforme, accessible via un moteur de recherche. Ça tombe bien, elle sait coder. Sci Hub est né. Les articles affluent, dans tous les domaines scientifiques, les téléchargements s’emballent (jusqu’à 200 000 par jour !) de partout dans le monde : en Chine, en Russie, aux Etats-Unis mais aussi dans les Balkans, en Iran et en Libye.

    sci hub

    Forcément, vu le succès du projet, le hacking d’articles scientifiques sort de son terrier underground. En 2015, Elsevier attaque Sci Hub et deux autres sites de partage d’articles scientifiques en justice pour non respect de copyright. Le site sci-hub.org est fermé mais rouvre quelques mois plus tard via un autre nom de domaine : sci-hub.cc. Domicilié à Saint-Petersbourg en Russie, la justice américaine n’a plus autorité pour faire fermer le site.

    La jeune femme est condamnée par contumace. Le hic : elle ne peut plus se rendre aux Etats-Unis ni dans aucun autre état ayant signé un traité d’extradition avec Washington. Beaucoup la considèrent comme la Robin des Bois des sciences. Un surnom qu’elle n’apprécie pas vraiment :

    « Je ne suis pas Robin des Bois, ce qu’il faisait était illégal, partager des livres et des études ne devrait pas être illégal »

    Marius Riviere

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.