Pour un air plus pur, Los Angeles lance les transports en commun 100% écolo
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Pour un air plus pur, Los Angeles lance les transports en commun 100% écolo
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  03.01.2018
Pour un air plus pur, Los Angeles lance les transports en commun 100% écolo

La cité californienne ambitionne de déployer une flotte de 350 bus électriques d’ici 2030. Avec de l'air respirable et des économies drastiques en prime.

Vague de fraicheur. Tandis que Donald Trump profitait de l’immense vague de froid qui touchait New York pour une nouvelle fois bêtement remettre en cause le réchauffement climatique, ces questions-là ne faisaient pas rire tout le monde à l’autre bout du pays. Pour participer à la lutte mondiale, Los Angeles a donc mis les moyens. Première pierre de cet édifice ambitieux, la municipalité californienne vient d’acquérir 25 bus rutilants de la compagnie Proterra qui seront livrés courant 2019. À terme, la ville compte acquérir 359 de ces bus propres.

Un choix sans doute dicté par les records d’autonomie successifs établis par le constructeur et régulièrement commentés en presse. Dernier en date : parcourir 970 kilomètres avec une batterie de 440 kWh, sans la recharger.

Une incidence massive. Alors que le débat public se cantonne souvent aux voitures électriques, le développement du marché des bus est une excellente nouvelle, tant il pourrait avoir un impact énorme sur la qualité de l’air de nos villes. Les 25 modèles Catalyst du fabricant Proterra que la cité des anges vient d’acquérir ne sont par ailleurs pas qu’une fleur faite à l’environnement, c’est aussi un savant calcul économique.

35 000 euros d’économies et une planète de sauvée.

Si ces imposantes machines de 11 mètres de long sont plus chères à l’achat que leurs homologues essence, on estime que chaque véhicule permet de générer environ 35 000 euros d’économies par an. Sachant qu’un bus a une durée de vie de 12 ans, l’économie est quasiment de l’ordre du demi-million d’euros par véhicule.

Et on ne parle même pas ici de l’impact sur les dépenses de santé publique, sachant les dégâts qu’occasionnent aujourd’hui les particules fines émises par les moteurs traditionnels… Bref, une seule question subsiste encore : et nous, on s’y met quand ?

Bus électrique Los Angeles pollution

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire