La pénurie de cobalt aura-t-elle la peau de la voiture électrique ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
La pénurie de cobalt aura-t-elle la peau de la voiture électrique ?
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  12.12.2018
La pénurie de cobalt aura-t-elle la peau de la voiture électrique ?

La demande mondiale en cobalt pourrait tripler au cours de la prochaine décennie. Ce minerai est central dans la fabrication des batteries. Cela pourrait entrainer une crise planétaire.

Il ne vous a pas échappé que les constructeurs automobiles se sont lancés dans une course à l’électrification. Ces changements de motorisation ont des répercussions sur certaines filières d’approvisionnement. Les constructeurs sont désormais des gros consommateurs de cobalt, un minerai rare qui entre dans la composition des batteries. A ce stade, l’industrie automobile consomme déjà 9% des ressources mondiales de cobalt.

 

Pour tenter de mesurer les impacts du développement de l’électromobilité sur cette précieuse ressource, la Commission européenne s’est donc lancée dans une étude, dont il ressort plusieurs constats et projections, et notamment :

1/ En fonction de la capacité batterie embarquée, les voitures électriques embarquent en moyenne de 5, 5 kilos (40 kWh) à 11 kilos (90 kWh) de cobalt.

2/ 130 millions de voitures électriques pourraient circuler dans le monde en 2030.

3/ Pour soutenir ce marché, la demande annuelle en cobalt devrait passer de 6 650 tonnes en 2017 à 300 000 ou 400 000 tonnes par an.

C’est tout simplement énorme. Et cela risque de poser un gros problème : que l’extraction mondiale de cobalt ne soit même pas en mesure de suivre et que les prix flambent. Rien qu’entre 2016 et 2018, le cours a déjà triplé.

Ce minerai jouit aussi d’une réputation sulfureuse. Extrait essentiellement en Chine et en République Démocratique du Congo, Amnesty International a déjà souligné à plusieurs reprises que des enfants seraient mis à l’œuvre dans le second pays cité. Sans compter les dégâts écologiques provoqués par son extraction.

Autant dire qu’indépendamment d’ouvrir de nouvelles mines – 239 gisements ont été identifiés en Europe et infiniment plus en Australie – et de régler ces différents problèmes liés à l’écologie et aux droits de l’Homme, il va aussi falloir trouver des matériaux de substitution. Le nickel plus abondant, devrait permettre de réduire en partie la demande en cobalt d’ici à 2030. Mais pas forcément à combler tout le manque. À chaque nouvelle technologie ses nouveaux problèmes…

cobalt écologie energie Voiture electrique

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire