L'homme qui recyclait du plastique pour réparer les gens
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
L’homme qui recyclait du plastique pour réparer les gens
Mehdi Karam |  19.01.2018
L'homme qui recyclait du plastique pour réparer les gens

Aaron Westbrook est né avec une seule main. À tout juste 18 ans, l’entrepreneur a déjà créé sa firme : Form5, qui fabrique des prothèses sur-mesure à base de plastique recyclé.

(Hu)main. Ce n’est pas tous les jours qu’un adolescent à peine majeur donne une telle leçon d’innovation, de philanthropie et d’écologie. Avec Form5, son entreprise à but non-lucratif, Aaron Westbrook a un but simple : recycler les déchets plastiques pour fabriquer des prothèses durables. Et la demande est conséquente. Ne serait-ce qu’en France, 370 enfants naissent chaque année avec une malformation d’un ou de plusieurs membres. Les prothèses généralement proposées sont très couteuses, peu confortables et peinent à reproduire le prolongement naturel du bras.

Comme un gant. Et ça, Aaron est bien placé pour en témoigner. Il y a plusieurs années de cela, il effectuait sa rentrée en tant que freshman à la New Albany High School dans l’Ohio. En plus du stress lié au premier jour d’école, c’était l’occasion pour lui d’essayer sa première prothèse  d’un coût de 40 000 dollars. Une épreuve difficile, inconfortable : aucune chance que cet objet bionique ne fasse office de main. Une expérience qui a sonné le tocsin chez l’ado : « C’est à ce moment que j’ai compris qu’il y avait un gros problème avec les prothèses. Elles coûtent trop cher et sont tout simplement inefficaces », a-t-il raconté à Fast Company. Il a alors pris le taureau par les cornes et fabriqué lui-même sa propre prothèse, avec l’imprimante 3D du labo de son école. Celle-ci était équipée d’un système de câble relié à son coude, qui lui permettait de contrôler l’ouverture ou la fermeture de son poing.

https://www.instagram.com/p/BZUVze8APS1/?taken-by=form5prosthetics

« One-man, one-hand show. » Westbrook, alors âgé de 15 balais, se dit qu’il faudrait en faire profiter les autres. Il crée un blog, Alive With Five, pour exprimer sa différence et partager ses aventures. Très vite, il se rend compte que beaucoup de membres de sa communauté sont mécontents de leur prothèse. Le blog se transforme doucement en Form5, qu’il aime à qualifier de « one-man, one-hand show ». Avec les designs mis en open-source par e-NABLE, il fabrique des mains pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’en avoir deux. Pour ce faire, il récolte lui-même du plastique recyclé. Judicieux, quand on sait que chaque année, entre 6,5 et 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans les océans. Il a notamment récupéré 2000 gobelets à café lors d’une opération qu’il a menée, seul, au collège  il les a d’ailleurs tous nettoyés lui-même.

Côté confection, il s’en remet désormais à la bonne vieille imprimante 3D de son université, le Antioch College, où il a fait son entrée en 2017. Bien sûr, il ne crée pas de mains robotiques ultra-sophistiquées, mais ses créations font le boulot. Qui plus est, elles respectent la planète. Westbrook propose même de retaper les prothèses couteuses de ceux qui n’en veulent plus.

Écoresponsable et généreux jusqu’au bout.

handicap Prothese Recyclage

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire