" layout="nodisplay"> L'histoire de l'homme qui a vécu 18 ans coincé à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / L’histoire de l’homme qui a vécu 18 ans coincé à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle
L’histoire de l’homme qui a vécu 18 ans coincé à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle
Robin Ecoeur |  16/11/2022 20:04
L'histoire de l'homme qui a vécu 18 ans coincé à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle

C'est l'histoire (vraie) derrière le film Le Terminal avec Tom Hanks, c'est l'histoire de Mehran Karimi Nasseri, un réfugié politique iranien, arrivé à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en novembre 1988 à cause d’un problème de passeport, et qui y est coincé pendant 18 ans. Il est finalement mort ce 12 novembre 2022, à 77 ans.

En mode avion. Vous en avez sûrement entendu parler. Car les journaux et télévisions du monde entier ont raconté l’histoire improbable et incroyable de Mehran Karimi Nasseri. On rembobine le film. En 1976, l’Iranien quitte son pays à la recherche de sa mère. Il se rend à Berlin, à Londres, à Amsterdam et ètre durant plusieurs années en Europe. Le 16 novembre 1988, un billet pour Londres dans la poche, la British Airways ne l’accepte pas à bord de l’avion. Le motif : il n’a pas de passeport  — il s’est fait voler sa carte de réfugié politique à la gare du Nord à Paris. Mehran est alors renvoyé à Roissy-Charles-de-Gaulle où les autorités ne savent pas quoi faire de lui.

Comme l’écrit Le Monde dans un article publié en 1994, « la France ne veut pas lui délivrer de titre de séjour. Elle ne sait pas vers quel pays le renvoyer. » Blanchi par la justice, les autorités refusent de lui donner un titre de séjour. Alors cet homme décide, malgré lui, de poser ses valises au sein même de l’aéroport où sa présence est tolérée. Il y vivra durant 18 ans.

Monsieur 10 000 pas par jour. Surnommé « Sir Alfred », Mehran Karimi Nasseri devient alors un habitant de l’aéroport. Il dort sur les banquettes dans un sac de couchage, se brosse les dents aux sanitaires, mange des repas offerts par des voyageurs ou par des employés de Roissy-Charles-de-Gaulle. Mehran « est toujours d’une propreté impeccable. Le docteur Bargain lui a offert un rasoir électrique. Son blouson de nylon bleu est le même que celui qu’il portait en 1988. Il ne possède qu’une paire de chaussures, deux chemises et un pantalon, acheté en 1991, qu’il lave sous la douche faute de pouvoir s’offrir le pressing », écrit Le Monde.

Pour occuper ses journées, il lit les journaux anglais (le Times ou le Sun), écoute la radio avec ses écouteurs. Il bouquine aussi. Les docteurs lui ont conseillé de marcher le plus possible pour éviter les problèmes liés à la sédentarité. Apatride, Sir Alfred a trouvé à Roissy-Charles-de-Gaulle une maison. « J’appartiens à l’aéroport, c’est un endroit qui me protège », disait Mehran.

L’histoire du Terminal, avec Tom Hanks. Sir Alfred restera un personnalités complexe. Il s’autoproclame Anglais et reste fasciné par ce pays (il demande souvent du dentifrice de chez Marks & Spencer, une chaine de magasins britanniques et il s’exprime principalement dans la langue de Shakespeare). On dit aussi qu’il est raciste envers les Asiatiques et les Africains. Mais son histoire fascine, aussi bien les médias que le cinéma.

Dès 1994, le réalisateur français Philippe Lioret s’inspire de sa vie pour le film Tombé du Ciel avec Jean Rochefort. Mais le périple de Sir Alfred va surtout inspirer un certain Steven Spielberg dix ans plus tard, en 2004. Le long-métrage, intitulé Le Terminal, est un carton. Tom Hawks joue le rôle de Mehran Karimi Nasseri.

En 2006, Mehran quitte l’aéroport, après 18 années passées à longer les murs blancs de Roissy-Charles-de-Gaulle — Il avait obtenu le statut de réfugié politique en 1999 et aurait pu quitter ce lieu avant, mais il avait refusé de signer les documents. Il logera ensuite dans un hôtel à Paris et vivra grâce à l’argent généré par le film de Spielberg.

Selon des sources aéroportuaires, l’homme serait revenu vivre dans l’aéroport ces dernières semaines, avant sa mort le 12 novembre 2022 au terminal 2F. Il passait ses journées à écrire dans un carnet et à lire. Et sûrement à se remémorer le fil de sa vie digne d’un scénario d’Hollywood.

Crédit photo : capture écran YouTube docu Sir Alfred of Charles de Gaulle Airport.

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !