Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L’Europe prépare un avion hypersonique capable d’atteindre les 10 000 km/h

    À côté de lui, le Concorde ressemblera à une voiture en panne sur le bord de l’autoroute.

    Nom de code : Hexafly. Quand on parle de mobilité entre deux points éloignés, le futur semble plus que jamais dans le ciel. Or, quand il est question de savoir qui remportera la « guerre des étoiles », on a coutume de penser aux Américains, voire aux Chinois. Ils ne sont pas les seuls, pourtant, à lever la tête.

    Le centre français de recherche aérospatiale (ONERA), aidé par plusieurs instituts de recherche européens (et russes et australiens, dans une moindre mesure), planche activement sur un projet de planeur hypersonique qui serait destiné à une utilisation grand public. Là où l’Hexafly décoiffe, c’est qu’il pourrait atteindre la vitesse de 9800 km/h, dite Mach 8. Soit, pour être encore plus concret, un vol Paris-New York en trente minutes.

    Photo non contractuelle

    Premiers tests en 2019. Forcément, atteindre la barrière symbolique des 10 000 km/h ne se fait pas du jour au lendemain ; aussi les premiers tests pour l’Hexafly devraient débuter selon l’ONERA en 2019 avec dans le viseur un premier vol en 2020 à Alcântara, au Brésil. « Dans ce projet de long terme ambitieux, HEXAFLY-INTernational se donne pour objectif d’éprouver la formule aérodynamique et sa contrôlabilité dans un large domaine de vol », expliquent les responsables, bien conscients que cette invention pourrait complètement bouleverser notre rapport à la distance. Et ainsi faire de la planète un village de quartier grâce à un avion hypersonique réservé… aux hyper-riches ?

    Résultat de recherche d'images pour "Hexafly"

    Plus rapide que le Concorde… Mais moins bruyant ? En comparaison avec l’Hexafly, dont aucune photo n’a encore été dévoilée, le Concorde volait à Mach 2 (2179 km/h). Son successeur se déplacerait donc presque cinq fois plus vite. Mais il devra régler des problèmes techniques qui ont eu la peau de l’oiseau de fer emblématique de la France, notamment le bruit des moteurs et les villes à contourner pour éviter la pollution auditive. D’autant plus que, qui dit hypersonique, fatalement, dit également grosse consommation d’énergies fossiles. Aucune date de commercialisation n’est encore prévue mais à cette vitesse, c’est sûr, le plus long sera sans doute le temps d’embarquement.

    Photo de une non contractuelle.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.