L’Europe pourrait bientôt se doter d’un « super-train » roulant à 1000 km/h
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
L’Europe pourrait bientôt se doter d’un « super-train » roulant à 1000 km/h
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  21.04.2020
L’Europe pourrait bientôt se doter d’un « super-train » roulant à 1000 km/h

Paris-Amsterdam en seulement 90 minutes (contre 3h15 actuellement) ? Bruxelles-Paris en moins d’une demi-heure (contre 1h15 aujourd’hui) ? C’est le pari de la startup hollandaise Hardt avec son Hyperloop capable, à terme, de passer le mur du son.

Connaissez-vous l’Hyperloop ? Dans la guerre technologique et commerciale que se livrent les multinationales de la mobilité, on a longtemps cru que l’avion et les fusées finiraient par gagner la partie. Depuis vingt ans, Jeff Bezos (Amazon, Blue Origin) et Richard Branson (Virgin Galactic) rivalisent d’ingéniosité pour savoir lequel des deux milliardaires parviendra à faire décoller des touristes vers l’espace. En entre-temps, un troisième illuminé s’est inséré dans la course, au sol cette fois : Elon Musk (Tesla) avec son projet d’Hyperloop dévoilé en 2013, proposant rien de moins qu’un train hypersonique capable de relier deux points à 1200 km/h grâce à un tube géant dans lequel flotterait un train magnétique. Un pari plutôt osé qui déringardise également un moyen de locomotion (le train) qu’on pensait bon pour la casse.

Dutch startup Hardt Hyperloop raises “up to €5 million” to bring ...

Trans Europe Express. Sept ans après Elon Musk, la startup Hardt, installée aux Pays-Bas, souhaite à son tour entrer dans le match de l’Hyperloop avec son propre modèle. Fonctionnant à l’identique, par lévitation magnétique, ce STGV (pour Super Train Grande Vitesse) pourrait atteindre les 1000 km/h et raccourcir les distances entre les principales métropoles européennes ; de quoi permettre aux travailleurs de Paris, Berlin ou Amsterdam de diviser leurs temps de transport par deux ou par trois tout en diminuant drastiquement l’empreinte carbone.

Objectif : tuer l’avion. Dans la province Hollande-Septentrionale, aux Pays-Bas, on croit dur comme (chemin de) fer au projet Hardt. « Nous savons que les gens sont prêts à aller jusqu’à une heure de trajet pour se rendre à leur travail, porte à porte, a déclaré Jeroen Olthof, responsable local en charge de la mobilité. Avec la rapidité de l’Hyperloop, il devient soudain possible de parcourir des distances beaucoup plus longues. » L’innovation, si elle va au bout du tunnel, pourrait non seulement générer 275 milliards d’euros à la région, mais surtout, elle contribuerait à la suppression de 24 000 vols commerciaux vers la Hollande. Une info qui, comme on s’en doute, ne fait pas le jeu de l’industrie aéronautique, déjà mise à mal par la crise chez Boeing puis par le COVID-19 qui a immobilisé la quasi intégralité des flottes mondiales.

Après deux ans de tests de faisabilité (passés avec succès), l’Hyperloop de Hardt va malgré tout bon train. Le premier tronçon de 10 à 15 kilomètres devrait être opérationnel d’ici 2023, et les premiers voyages commerciaux pourraient quant à eux débuter vers 2028. La route semble donc encore longue, mais au moins le trajet, lui, sera plus rapide.

European Hyperloop Program

 

Europe Hyperloop train

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !