Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    2 minutes de lecture

    Les plans très sérieux d’Elon Musk pour coloniser Mars

    Petit hic, « le risque de décès sera élevé »

    UN TOUR VERS LE FUTUR – Soudain, vos plans de carrière vous semblent… petits. Déboulonner votre N+1, avoir 8 semaines de congés payés… Pourquoi pas, mais certains voient plus grand. Comme Zuckerberg qui veut « éradiquer toutes les maladies d’ici à 2020 » ou alors l’entrepreneur Elon Musk, qui veut « faire de l’humanité une espèce multiplanétaire. » faire de l’humanité une espèce multiplanétaire. »

    Elon Musk, c’est un milliardaire américain, président de l’entreprise spatiale privée SpaceX qui veut tout simplement coloniser une voisine de la Terre : la planète Mars. Mais comment compte-t-il s’y prendre ?

    Son idée : développer un énorme lanceur

    On vous prévient, ses plans ressemblent à un scénario de science-fiction : développer un très très gros lanceur qui mettrait en orbite un vaisseau, avec à son bord des dizaines de passagers et leur cargaison. Quelques heures après le décollage des colons, et une fois le lanceur ramené à terre, il s’agirait alors de le remplir de carburant. Il irait alors rejoindre le vaisseau pour jouer son rôle de station-service.

    Pourquoi en deux temps ?

    Ce découpage du « voyage » permet d’emporter beaucoup plus de matériel, plutôt que de s’alourdir de carburant. Sinon « il nous faudrait envoyer une fusée à trois étages 5 à 10 fois plus grosse et plus chère » explique Elon Musk dans sa présentation lors du 67e congrès d’astronomie à Guadalajara, au Mexique, le 27 septembre.

    Fabriquer son carburant ? Facile !

    Une fois posés sur Mars, les colons n’auront plus qu’à fabriquer leur carburant ! Après tout, tous les ingrédients y sont : carbone, oxygène, hydrogène… Et ne vous y trompez pas : pas question d’une one shot, l’idée est de répéter les voyages du SpaceX tous les 26 mois.

    Bon, ça a l’air d’être un beau voyage – 6 à 9 mois pour arriver à bon port – mais… l’entrepreneur a tenu à préciser que niveau bien-être au travail, ce n’est peut être pas le job de rêve : »Le risque de décès sera élevé, c’est une évidence. La question est: êtes-vous prêt à mourir, et si c’est OK, vous êtes candidat au départ« , a-t-il dit lors d’une conférence de presse donnée au Congrès international d’astronautique à Guadalajara, au Mexique. Vous avez encore un peu de temps avant de postuler : la première mission humaine vers Mars est prévue pour 2024-2025.

    En attendant, pour faire un Tour vers le futur, CANAL+ eTour vers le futur, CANAL+ et SEAT vous invite à voir ou revoir Seul sur Mar SEAT vous invite à voir ou revoir Seul sur MarsSeul sur Mars

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.