Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Les livres de demain seront des humains

    Père Castor, raconte-moi une histoire.

    Vous vous attendiez à lire des e-books jusqu’à ce qu’un livre en hologramme sorte enfin dans le commerce, à la manière de Star Wars ? Oubliez les écrans et le papier, le futur de la littérature se racontera de vive voix.

    Les évènements passés cimentent la base de notre futur. Souvent synonyme d’évolution, le futur inspire nouvelles technologies, réalité augmentée, dialectes bizarroïdes et grandes explorations spatiales. Il parait donc difficile à croire que l’évolution de la lecture sera rétro-futuriste, alors que nous pensions voir les voitures voler entre les bâtiments comme dans le Cinquième Élément dès l’an 2000. Et pourtant, cette avancée en matière de lecture donne une toute autre dimension au contact humain. C’est ainsi qu’est née la Bibliothèque Humaine (The Human Library en version originale, NDLR), dans l’optique de favoriser l’échange entre les individus tout en racontant des histoires originales, spontanées qui parlent du vécu du narrateur. Père Castor, raconte-nous une histoire.

    A l’origine de cette idée aussi farfelue que génialissime se cache Ronnie Abergel, danois de 42 ans qui s’est déjà fait remarquer lors d’une conférence TED inspirante diffusée sur Vimeo. En créant The Human Library, Abergel propose aux gens de consulter quelqu’un pendant trente minutes -plutôt qu’un livre – durant lesquelles cette personne leur racontera une histoire, personnelle ou non. Astucieux et salutaire, à l’heure où les relations sociales sont à la base de tout. En plus de ce concept qui s’inspire des hérauts du Moyen-Âge ou des histoires de Panoramix le druide, plusieurs typologies de mise en contact se présentent aux néo-lecteurs, selon leur état et condition. Aveugles, sourds et malentendants, Bipolaires, le système a été prévu pour faciliter l’accès aux histoires à toutes et tous. Plusieurs évènements sont organisés. On retiendra celui de Rochester dans l’Etat de New York, qui a récemment accueilli une femme ayant connu l’ère de l’Apartheid.

    Deb Duguid-May raconte son histoire et sa motivation pour le projet du Danois, rapporte le Huffington Post : « Ce qui m’a motivé, c’était de voir comment la peur a été utilisée pour contrôler les gens. Tout ce que j« Ce qui m’a motivé, c’était de voir comment la peur a été utilisée pour contrôler les gens. Tout ce que je savais de ma culture natale était faux. » Des propos dignes d’une dystopie à la 1984. L’idée de base reste tout de même de faire interagir les gens, car tout le monde à une histoire. C’est en tout cas ce que croit Ronni Abergel, comme il l’explique avec ses propres termes dans l’USA Today : « Parfois vous croisez des gens au supermarché, vous imaginez un tas de choses sur eux mais vous n’osez pas aller leur poser des questions. Je voulais construire un espace où vous pouviez leur demander tout ce que vous vouliez, dès lors qu’ils seUSA Today : « Parfois vous croisez des gens au supermarché, vous imaginez un tas de choses sur eux mais vous n’osez pas aller leur poser des questions. Je voulais construire un espace où vous pouviez leur demander tout ce que vous vouliez, dès lors qu’ils se sont portés volontaires pour répondre. »« Parfois vous croisez des gens au supermarché, vous imaginez un tas de choses sur eux mais vous n’osez pas aller leur poser des questions. Je voulais construire un espace où vous pouviez leur demander tout ce que vous vouliez, dès lors qu’ils se sont portés volontaires pour répondre. »

    Les livres de demain seront des humains. Reste à savoir si ces derniers stockeront tous les grands ouvrages de la littérature classique dans des implants crâniens.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.