Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L’épicerie coopérative qui veut concurrencer les grandes surfaces

    C’est l’histoire d’une épicerie associative qui voulait devenir un supermarché. Le calcul est simple : si chaque adhérent donne 3 heures de bénévolat par mois, tout le monde paie ses courses moins cher. Et voilà donc La Cagette, une alternative aux grandes surfaces qui envoie du bois.

    En promo au rayon Don Quichotte. « On n’est pas là pour concurrencer les petits commerces, c’est la grande distribution notre cible ! » Charles Godron n’a pas peur de viser haut. Et pour cause : créée en juin 2015 proche de la Gare de Montpellier, l’association Les amis de la Cagette compte aujourd’hui plus de 700 membres et un salarié. Au départ, c’est une simple centrale d’achats faisant le lien avec des producteurs. Elle propose à ses membres des produits locaux et souvent bios à sélectionner sur internet et livrés directement chez eux. Mais depuis fin janvier, La Cagette est devenue une épicerie coopérative avec pignon sur rue.

    20% de marge et de l’huile de coude. Épicerie à but non-lucratif, La Cagette n’est ouverte qu’aux adhérents pour le moment mais c’est tout bénef : la traçabilité des produits est claire et l’association applique une marge réduite et fixe de 20% sur chaque vente. Tout est ré-investi dans le magasin. Pas facile alors de survivre face aux machines de guerres des grands supermarchés ? « Si ! » Répond La Cagette, comme toujours en mettant à profit la bonne volonté et le volontariat. Lui même co-coordinateur du groupe communication au sein de l’association, Charles explique :

    « Chaque membre peut venir donner un coup de main bénévolement. Que ce soit au sein du magasin, pour s’occuper de la vente ou du ménage, ou bien pour aider l’asso elle-même en partageant ses compétences. »

    La solidarité dans mon panier. Pour profiter d’un supermarché collaboratif et à but lucratif, La Cagette a trouvé un fort soutien : une campagne de financement participatif a récolté 23 000€ pour aider son ouverture « en dur » alors qu’il n’en fallait que 15 000€. De quoi faire pousser leur ambition : l’association souhaite devenir une coopérative et ouvrir un véritable supermarché sur le modèle du Park Slope Food Coop de New York qui existe depuis 40 ans, ou La Louve à Paris (1450m² quartier Amiraux-Simplon).

    La contrepartie pour pouvoir y faire ses courses est simplissime : chaque membre n’aura alors qu’à fournir trois heures de travail par mois. « C’est le principe de la coopérative, donner un peu pour recevoir beaucoup. » L’inverse des grandes surfaces traditionnelles en somme…

    Horaires de permanence et info : lacagette-coop.fr

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.