Le reconfinement serait dû à la mobilité des Français, selon une étude
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Le reconfinement serait dû à la mobilité des Français, selon une étude
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  02/04/2021 09:12
Le reconfinement serait dû à la mobilité des Français, selon une étude

Avant de prendre sa décision de reconfiner le pays, le Président a étudié des statistiques surprenantes : la consommation de carburant et les bouchons.

Dès ce samedi 3 avril, toute la France se retrouve avec un boulet aux pieds : une interdiction de se déplacer au-delà de 10 kilomètres de son domicile, et prière de garder son enfant et de télétravailler. Mais justement, cette décision présidentielle est plus liée qu’on ne le pense à la question de notre mobilité. En Conseil de défense sanitaire, Emmanuel Macron n’a pas regardé que les chiffres des contaminations et lits occupés en réanimation, mais aussi les statistiques de nos déplacements.

La circulation sur le réseau national a ainsi été scrutée de près, comme l’a révélé Europe1 et, malgré le confinement de 19 départements, la fréquentation était 99 % équivalente à d’habitude. Rien que sur les routes franciliennes, la circulation était à 75 % du trafic normal, ce qui est moindre mais peu éloigné de la normale. En d’autres termes, confinés ou pas, nous nous déplaçons toujours autant.

Sous surveillance. Autre témoignage de notre mobilité, les bouchons à 18h étaient alors en hausse, enregistrant 175 kilomètres cumulés en île-de-France. De quoi sourire en repensant qu’il y a un an, les rues étaient désertes. Pour confirmer cette tendance, le gouvernement s’est tourné vers les stations service. La semaine du 15 mars, les achats à la pompe avaient baissé de seulement 8 %. Sauf à Paris, où ils étaient crédités d’une hausse de 5 %. La preuve que les voitures tournent, puisque nous devons refaire le plein.

Stations services, routes nationales, périphériques… la semaine dernière, il n’y a bien que dans le Canal de Suez que plus rien ne bougeait.

Sans voiture, ça bouge encore. Pas besoin de vous apprendre que les métros et bus sont encore bien chargés. Dans les couloirs de la RATP, on a certes enregistré une baisse, arrivant à 45 % de fréquentation depuis le confinement du 20 mars. Sauf qu’en novembre, on était tombé à 35 % de la normale… Quant à la SNCF, dont les gares sont prises d’assaut à chaque nouvelle série de mesures contraignantes, elle a vu sa fréquentation tomber à 65 %. Deux tiers des voyageurs sont encore là et c’est sans doute cet aspect qui a déplu au gouvernement. Le télétravail tant demandé est encore loin d’être la norme dans ce que le Président Georges Pompidou appelait “le pays de la bagnole”.

confinement covid-19 français mobilité

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !