Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Le Joker… l’histoire d’un hacker engagé contre le terrorisme

    Il analyse le web pour la police américaine

    Un hacker américain a développé une application basée sur l’intelligence artificielle pour prévenir les crimes. Le procédé a déjà fonctionné lors des attaques de Dallas et de Bâton-Rouge.

    Ce hacker a assurément le sens de la mise en scène. Nommé The Jester (Joker, en français), ce justicier du net faisait partie de la short list des trente personnalités les plus influentes en 2015, selon le Time. D’après le magazine américain, ce vengeur masqué “participe à Time. D’après le magazine américain, ce vengeur masqué “participe à l’armée grandissante de cyberguerriers anonymes, ou “hacktivistes “, qui repoussent les limites de la loi pour défendre leur cause. Lui cible les terroristes et les groupes haineux.” Le Joker déclare avoir bloqué près de 180 sites en 5 ans, dont certains associés à la mouvance terroriste État Islamique.

    Récemment, le hacker s’est fait remarquer en mettant en place l’outil iAWACS, référence à un système militaire d’aéronef qui fonctionne avec l’intelligence artificielle. En utilisant la puissance du robot Watson, conçu par IBM, le hacker analyse les tweets, les hashtags, les images – en bref, tout ce que le réseau socrobot Watson, conçu par IBM, le hacker analyse les tweets, les hashtags, les images – en bref, tout ce que le réseau social produit – en temps réel et permet de dégager des grandes tendances tout en isolant les utilisateurs problématiques.

    Comment ça marche ?

    L’app peut être configurée selon le bon vouloir du hacker. Il peut par exemple lui commander de suivre les données faisant référence à des coups de feu. Une autre fenêtre pourrait être programmée pour suivre les faits et gestes d’un groupe d’individus en particulier. L’algorithme se charge ensuite de cerner “l’humeur” des flux analysés, c’est-à-dire l’urgence ou la dangerosité d’une situation. Et d’alerter le public si besoin.

    L’idée a germé durant l’attaque du marathon de Boston en 2013. Les autorités se sont heurtées à une masse d’informations web qu’il était difficile d’analyser rapidement. The Jester y a apporté une solution. La dernière version a aidé les autorités à suivre les derniers événements de Bâton-Rouge et de Dallas. Mise en place pour signalerBâton-Rouge et de Dallas. Mise en place pour signaler les incidents majeurs, l’app n’a pas pu éviter ces attaques mais a permis de les signaler relativement tôt. Dallas. Mise en place pour signaler les incidents majeurs, l’app n’a pas pu éviter ces attaques mais a permis de les signaler relativement tôt.

    Le hacker s’inspire des “precogs” de la série Minority Report. Dans ce film de science-fiction de Steven Spielberg, des humains peuvent prédire les crimes. Si the Jester n’en est pas encore là, ses 75 700 followers sur Twitter comptent tout de même sur lui.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.