Le gouvernement se dote d'un "monsieur vélo" pour vous faire aimer la pédale
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Le gouvernement se dote d’un “monsieur vélo” pour vous faire aimer la pédale
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  07/10/2021 15:24
Le gouvernement se dote d'un "monsieur vélo" pour vous faire aimer la pédale

Son nom ? Guillaume Gouffier-Cha. Le Député En Marche du Val-de-Marne vient de se voir confier une mission atypique : transformer l'engouement des Français.e.s pour le deux-roues en enjeu industriel et sociétal. Suffisant pour remonter sur une selle ?

La “velorution”. À toute politique, sa punchline. Celle accompagnant la nomination de Guillaume Gouffier-Cha à la tête d’une mission sur l’industrie du vélo en France vaut le détour : “accompagner la vélorution”. Pas certain que la formule soit révolutionnaire, mais elle dit tout de l’ambition gouvernementale, à savoir booster encore davantage les chiffres encourageants du secteur depuis 3 ans.

Quelques chiffres clefs : +30% de trajets à vélo en 2020 par rapport à 2019 (merci la Covid-19), +30% de pistes cyclables depuis 4 ans, et 640 millions d’euros investis pour les infrastructures (aménagements cyclables, stationnements, etc) depuis 2018. Oui, le vélo a le vent dans le dos, et le gouvernement souhaite aujourd’hui le pousser encore plus loin.

La “biclou nation”. Voilà pourquoi le député LREM s’est vue proposer par le ministère de la transition écologique une mission de 3 mois pour “faire un état des lieux des forces et faiblesses de l’industrie du cycle en France, et de faire des propositions pour développer la relocalisation sur le territoire national”. En clair, voir comment transformer cet attrait des Français pour la mobilité douce en business durable, et qui échappe par définition à la tendance éphémère (avec un retour à la voiture individuelle dès les beaux jours revenus).

Velotafeur depuis 2017 (donc se rendant au boulot à vélo), Guillaume Gouffier-Cha est également président du Club des élus.es nationaux pour le vélo ; autant dire que son amour de la bicyclette ne date pas d’hier. Voilà sans doute pourquoi il est le plus légitime pour cette mission consistant à éviter la pénurie industrielle, comme ce fut le cas en 2020 avec l’afflux de commandes de Français redécouvrant les joies du pédalier. La cause de cette pénurie : des problèmes de manufacture et une délocalisation de la production, encore trop importante pour répondre rapidement aux besoins des clients (rappelons que le succès des précommandes pour le vélo Angell de Marc Simoncini s’était heurté à des délais de fabrication très longs).

Peut être une image de une personne ou plus et plein air

Trois mois pour “vélorutionner” le secteur du vélo, c’est court, mais c’est déjà un bon début pour faire bouger les lignes. “La mission va s’attaquer aux retombées économiques de cette filière. La France n’est pas en reste. On est actuellement le 6e pays d’Europe, on compte monter dans ce classement” explique le député à BFM. À la manière d’un Tour de France où l’outsider pourrait s’imposer dans la montée du col, Gouffier-Cha aura fort à faire pour doper l’essor industriel du vélo français. Il pourra pour cela s’appuyer sur des startups innovantes, mais aussi sur des chiffres solides et stables (les ventes de vélos électriques ont été multipliées par 5 en 5 ans). À terme, à l’horizon 2030, ce sont près de 200 000 emplois qui pourraient être créés grâce au vélo. Le secteur représente actuellement 78 000 salariés directs ou indirects.

Gouvernement Mobilité douce vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !