" layout="nodisplay">
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Accueil / Mobilité douce / Lavo, le vélo à hydrogène qui veut enterrer les biclous électriques
Servan Le Janne |  16/12/2021 10:03
Lavo, le vélo à hydrogène qui veut enterrer les biclous électriques

Plus vert que le vélo électrique, le vélo à hydrogène commence à investir le marché des particuliers. La société australienne Lavo a même conçu un modèle qui se recharge avec l'énergie du soleil.

Le vélo cargo a le vent en poupe. Si l’on en croit une étude commandée par les acteurs du secteur, leurs ventes ont augmenté de 38 % en 2020 et elles pourraient terminer sur un bond de 66 % cette année. Le cabinet de design néerlandais Studio MOM vient de se positionner sur ce marché dynamique en présentant un modèle à hydrogène. Avec l’aide de la société australienne Lavo, il a mis au point un deux-roues capable de « voyager sur de longues distances sans batteries lourdes et sans émettre de CO2. »

Studio MOM assure même qu’il s’agit du « premier vélo à hydrogène au monde », mais c’est oublier que la startup française Pragma Industries avait lancé l’αlpha en 2017. Présenté à l’époque comme « le seul vélo à hydrogène homologué et produit en série au niveau mondial », il peut parcourir 100 kilomètres grâce à deux réservoirs à hydrogène. Initialement vendu 15 000 euros, il vaut aujourd’hui 4690 euros pièce, mais ne peut se passer d’un chargeur à… 30 000 euros. Comme cet investissement n’est pas à la portée de tous, la société tricolore mise sur la location longue durée. « Notre objectif est d’en descendre le tarif sous les 90 € par mois dès l’année prochaine », indiquait le PDG Pierre Forté à L’Equipe, en octobre.

Comment ça roule ? Les vélos à hydrogène fonctionnent grâce à l’électrolyse. Dans une pile à combustible, de l’hydrogène est mis en contact avec l’oxygène de l’air ambiant. Une réaction chimique produit alors de l’électricité, et ne rejette que de la vapeur d’eau. « Notre pile contient 5 à 10 000 fois moins de métaux qu’une batterie au lithium », souligne Pierre Forté. Autre avantage, « αlpha fait le plein d’hydrogène en seulement 2 minutes avec une station dédiée, tandis que les vélos électriques standards prennent plus de 3 à 4 heures pour être complètement chargés. » Reste à disposer d’une station de chargement encore coûteuse, et dont la production n’est pas complètement neutre pour l’environnement.

Aujourd’hui, Pragma Industries travaille aussi sur un vélo cargo en partenariat avec le néerlandais Urban Arrow. Cet HydroCargo n’a toutefois pas encore été présenté, alors que Studio MOM fait déjà la promo de son Lavo. L’entreprise australienne entend résoudre le problème de la station de chargement grâce à une pile à hydrogène qui tire son énergie des rayons du soleil. Le dispositif photovoltaïque est intégré sur un module qui peut être ajouté ou retiré à l’instar d’une pièce de LEGO. « Nous l’avons conçu comme une boîte à outils pour un nouveau mode de transport sans émissions », explique Studio MOM. « Le concept peut donc être facilement adapté à un vélo de ville ou un vélo de transport. »

Mais pour le moment, Studio MOM n’a communiqué aucune date de lancement pour le Lavo. Il faudra donc encore un peu pédaler.

Hydrogene Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !
Exit mobile version