Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L’app de la semaine by SEAT – Une appli qui localise les places libres en ville

    Fini de tourner pour se garer

    Chaque semaine, SEAT plonge dans les limbes des app stores pour vous dénicher les meilleures applications qui vous assisteront dans votre quotidien de demain. Notre coup de cœur de la semaine : City Park.

    L’application City Park, développée par Parkisseo, repère les places de parking libres grâce à des capteurs connectés installés sur zones de stationnement.

    Tourner jusqu’à exploser de rage dans sa voiture… faute de place pour se garer. C’est l’histoire banale des automobilistes en ville. Et celle de Lionel Lafargue, responsable du business et développement de Parkisseo, qui a depuis inventé un système pour repérer les stationnements vacants. Cette start-up a conçu un capteur qui, installé au sol, permet de repérer les places libres. “L’info est ensuite renvoyée sur le smartphone du conducteur en temps réel”, explique Lionel Lafargue.

    Le stationnement intelligent

    L’entreprise toulousaine Parkisseo était présente Porte de Versailles pour Viva Technology, le plus grand salon des nouvelles technologies en France qui s’est tenu du 30 juin au 2 juillet à Paris. Posés sur leurs stands, les fameux capteurs gris font la taille d’une assiette. Une fois installés sur les emplacements de stationnement, ils permettent non seulement de trouver une place libre, mais aussi de payer directement par l’application City Park sans passer par la case horodateur. “L’idée est de multiplier les propositions d’aide au conducteur.” Dernière utilisation, mais pas des moindres, Parkisseo offre aux étourdis une occasion de se rappeler précisément où ils sont garés.

    Un marché porteur ?

    Cette start-up a été fondée en 2014 par Régis Duhot. Pour la petite équipe de cinq salariés, cette année est décisive. Parkisseo va pouvoir opérer une première phase pilote à Carcassonne avec 20 places de stationnement. “Grâce à nos capteurs, les autorités pourront savoir précisément si les places minute sont occupées ou non.”

    Cela revient à 10 euros par capteur pour les municipalités, qui voient l’occasion d’optimiser – et de contrôler – leur parc de stationnement. Car dit digital, dit surveillance aussi. Ce système permet un contrôle strict des heures d’arrivée et de départ de chaque véhicule. Résultat : plus de triche possible dans les fameuses zones bleues.

    Parkisseo travaille déjà avec des solutions de communication par ondes radio créées par Sigfox, une licorne – une start-up dont la valorisation atteint le milliard de dollars – en devenir basée elle aussi dans la région de Toulouse. Les futurs chantiers de Parkisseo pourraient s’avérer très rentables. De l’autre côté du salon Viva Technology, la star du salon : la Google Car, une voiture autonome. Pour Parkisseo, cela pourrait être un futur marché. “Les voitures sans chauffeur se développent. Mais l’une des questions est de savoir où la voiture pourra se garer.” Une demande que Parkisseo espère être en mesure de satisfaire.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.