La SNCF travaille secrètement sur son premier train sans chauffeur
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
La SNCF travaille secrètement sur son premier train sans chauffeur
Hilaire Picault |  19.08.2019
La SNCF travaille secrètement sur son premier train sans chauffeur

Ce train commandé à distance doit ouvrir la voie aux futurs trains autonomes. Et, non, le personnel n’était pas en grève...

Train télécommandé. Vu de l’extérieur, le train était réduit : un wagon plat, une voiture Corail et deux locomotives composaient le convoi. Mais dans ces dernières, il n’y avait personne, et c’est ça l’important. À la place, des caméras captaient l’essentiel de l’environnement, à commencer par le tracé des voies, les panneaux et les obstacles potentiels. Ces informations étaient alors retransmises par satellite à un télé-conducteur qui dirigeait le train à distance.

Train fantôme en région parisienne. Le parcours ne faisait pas plus de 4 kilomètres entre les départements du Val-de-Marne et de l’Essonne, mais il a permis de tester les commandes à distance, et reconnaître un large panel géographique : « Des passages sur de simples voies, en triage, en ville, en forêt », décrit la SNCF dans un communiqué, rajoutant que ce parcours comporte « 80% des panneaux de signalisation présents en France ».

L’avantage de piloter à distance des trains semi-automatisés est d’abord de fluidifier le trafic : on améliore la régularité en harmonisant la vitesse générale, ce qui permet de faire rouler davantage de convois. Un gain de sécurité également, puisqu’en cas de problème détecté, un pilote pourra prendre le contrôle d’une locomotive et gérer la situation.

La mission des trains drones : permettre de mieux contrôler l’ensemble du réseau et éviter les retards.

En 2023, j’enlève les mains. « Cette expérimentation réussie a permis de démontrer la faisabilité technique de la téléconduite sur rail », applaudit Luc Laroche, qui dirige ce projet. Bien sûr, dans un premier temps, seul le fret est visé par ces trains-drones. C’est une partie conséquente des 17 000 trains qui circulent chaque jour sur le réseau ferré français et qui peuvent retarder les trains de passagers. La SNCF envisage aussi de tester des TER autonomes dès 2023 et de les déployer en 2025. S’il n’y a pas de retard.

SNCF train autonome

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire