La science est formelle, le Covid-19 aurait accéléré la transition vers la voiture électrique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
La science est formelle, le Covid-19 aurait accéléré la transition vers la voiture électrique
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  02/11/2020 17:54
La science est formelle, le Covid-19 aurait accéléré la transition vers la voiture électrique

Au cœur de la relance verte dans de nombreux pays, le secteur automobile s’est décarboné à vue d’œil au sortir du (premier) confinement.

Déconfinement vert. Parmi tous les domaines que le Covid-19 a bouleversés, l’automobile est de ceux qui ont connu une des transformations les plus franches et rapides. C’est ce que note l’Institut français des relations internationales (IFRI) dans sa nouvelle étude, qui dresse un panorama sur la mobilité propre en Europe. Comme l’analyse l’Institut, en poussant de nombreux États européens à faire de la croissance verte l’un des piliers de leur stratégie de relance, le coronavirus a joué un rôle d’accélérateur dans la transition vers la voiture électrique.

Sur les bons rails. En France, la chose s’est matérialisée par un bonus de 7000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique et de 2500 euros pour des hybrides rechargeables. Un sérieux coup de pouce qui a participé à faire grimper les ventes de véhicules électriques (+76% au premier semestre 2020) lorsque le marché global reculait (-38% pour les ventes totales de véhicules). Une tendance amenée à se confirmer dans les prochaines années selon les projections de l’IFRI : « Il est probable que les trajectoires optimistes de déploiement de VE dans l’UE à l’horizon 2030 soient confirmées, voire dépassées : la part de marché des VE a atteint 7% en Europe au premier semestre 2020 (contre 3,25% en 2019) et devrait se situer autour de 12-15% dès 2022, et de 35-45% à l’horizon 2030. »

Dépasser les bornes. L’étude pose également la question des infrastructures de recharge qui doivent être développées en parallèle de l’accélération du marché. L’IFRI invite à multiplier par 20 le nombre de bornes existantes et projette qu’avec 40 à 50 millions de véhicules électriques (estimés) en circulation d’ici 2030, il est nécessaire d’installer au moins 3 millions de points de recharge. Cela dit, l’Institut nuance : « L’enjeu de la recharge ne doit pas être analysé selon les critères de la mobilité thermique. Nul besoin d’investir massivement et partout dans des systèmes de recharge ultra rapides, mais il faut en revanche lever les verrous à l’équipement des logements collectifs. »

Mobilité électrique

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !